Une deuxième éclosion frappe l’Hôpital général de Québec, un CHSLD qui avait été durement éprouvé lors de la première vague.
Une deuxième éclosion frappe l’Hôpital général de Québec, un CHSLD qui avait été durement éprouvé lors de la première vague.

COVID-19: fermeture partielle de l’école Jean-de-Brébeuf et nouvelle éclosion à l’Hôpital général

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
La Capitale-Nationale enregistrait encore mardi 92 nouveaux cas de COVID-19. Avec une moyenne mobile de 10 cas par 100 000 habitants, la région vient de franchir le seuil qui pourrait en principe la faire passer en zone rouge. Une deuxième éclosion frappe l’Hôpital général de Québec, un CHSLD qui avait été durement éprouvé lors de la première vague. Par ailleurs, à peine terminée, l’opération de dépistage massif à l’école secondaire Jean-de-Brébeuf a entraîné la fermeture de toutes les classes de secondaire 4 et de secondaire 5 jusqu’au 2 octobre inclusivement. La fermeture complète de l’école n’est pas exclue.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a déployé vendredi une unité mobile de dépistage à l’école Jean-de-Brébeuf, située dans Limoilou, pour y tester tout le personnel et tous les élèves de secondaire 3, de secondaire 4 et de secondaire 5. Les élèves des autres niveaux ont été dépistés ce mardi. 

Les premiers résultats des tests ont convaincu la Santé publique de recommander la fermeture de toutes les classes de secondaire 4 (six groupes) et de secondaire 5 (cinq groupes), ce qui représente environ 320 élèves. Cinq classes de ces niveaux étaient déjà en isolement après la découverte de cas de COVID-19.

«Lors de nos récentes enquêtes, nous avons constaté que la COVID-19 avait touché essentiellement les élèves de ces niveaux, que plusieurs se côtoyaient sans respecter les consignes et qu’ainsi le risque de transmission augmentait de façon importante», souligne dans un communiqué le directeur de santé publique de la Capitale-Nationale par intérim, le DJacques-Girard. 

«Selon les résultats du dépistage qui se poursuivait aujourd’hui [mardi], d’autres mesures d’isolement ou une fermeture complète de l’école pourraient être envisagées dans les prochains jours», ajoute-t-il.

Tous les parents des élèves de cette école doivent être attentifs aux symptômes de leur enfant, recommande le DGirard. Aux élèves qui demeureront à l’école, le médecin rappelle «l’importance de garder leur distance avec leurs amis et de rehausser le lavage des mains». 

«Quant aux élèves des groupes-classes retirés, j’insiste sur le fait qu’ils doivent s’isoler et limiter leurs contacts jusqu’au retour en classe afin de limiter au maximum une possible transmission à des personnes importantes pour eux», ajoute le Dr Girard.

Les élèves isolés suivront leurs cours à distance pour les prochains jours. «La distribution du matériel informatique pour les élèves qui n’ont pas d’appareil à la maison a commencé aujourd’hui [mardi] et se poursuit demain [mercredi]», a indiqué la porte-parole du Centre de services scolaire de la Capitale, Véronique Gingras.

Une opération de dépistage massif a aussi eu lieu la semaine dernière à l’école Sans-Frontière, dans le secteur de Vanier. Toute l’école a fermé temporairement ses portes jusqu’au 2 octobre après que 25 élèves et membres du personnel eurent reçu un résultat positif à la COVID-19.

Au total, c’est une soixantaine d’établissements scolaires publics et privés de la Capitale-Nationale qui sont touchés par au moins un cas de COVID-19 depuis le début de la rentrée scolaire, selon la liste du ministère de l’Éducation mise à jour lundi soir. 

En date de lundi, au moins quatre étaient soumises à des mesures d’isolement préventives à la suite d’une éclosion dans une ou des bulles-classes, selon le CIUSSS.

Éclosion à l’Hôpital général de Québec

Du côté des milieux d’hébergement pour aînés, le CIUSSS signalait mardi une nouvelle éclosion à l’Hôpital général de Québec, où deux usagers et moins de cinq employés sont actuellement infectés. 

Lors de la première éclosion, qui s’est étirée de mai à août, 97 usagers et 70 employés avaient été infectés, et on avait déploré 37 décès. 

Deux nouveaux cas ont également été recensés chez les résidents du Marquisat des Plaines, qui sont maintenant 12 à avoir été infectés. Une nouvelle contamination a aussi été signalée à la résidence Belle Époque, où 28 usagers sont maintenant atteints.

La situation est restée stable dans les cinq autres milieux d’hébergement pour aînés touchés par une éclosion (Place Alexandra, Clairière du Boisé, CHSLD Louis-Hébert, les Résidences Kirouac et la résidence Humanitae).

Aucune nouveau décès n’a été signalé mardi, mais le CIUSSS recensait 40 hospitalisations, soit cinq de plus que la veille. Quatre personnes sont actuellement aux soins intensifs (stable). 

En conférence de presse, mardi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a souligné que l’importante transmission communautaire pesait sur le système hospitalier, notamment à Québec, où la hausse des cas a déjà provoqué «certains troubles». Le ministre Dubé a cité le déplacement d’infirmières et la prise de «décisions de délestage». 

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a par ailleurs fermé ses services de dépistage à l’auto au centre ExpoCité. Le dépistage sera dorénavant concentré à l’intérieur, avec un service ambulatoire, «afin d’offrir plus de confort aux travailleurs en période automnale», explique l’établissement. 

Pour avoir accès à ce service ambulatoire, il faut préalablement avoir obtenu un coupon avec rendez-vous dans une file d’attente des centres de dépistage Fleur de Lys ou du Parc Colbert.

Le CHU de Québec à la recherche de 200 bénévoles

Preuve que la seconde vague a un impact sur le système de santé et ses effectifs, le CHU de Québec est à la recherche non pas d’employés, mais de bénévoles pour accueillir les usagers et les visiteurs qui se présentent dans ses hôpitaux.

L’établissement recherche plus particulièrement, dans le cadre de la campagne de recrutement #soutenirleshéros, 200 bénévoles qui veilleront notamment à «offrir un accueil rassurant aux usagers et aux visiteurs» et à «faire appliquer les règles de prévention en période de pandémie».

Cette mesure vise à permettre qu’un «maximum d’employés soit affecté aux unités de soins», explique-t-on dans un communiqué. 

Pour le CHU de Québec, même à raison de quelques heures par semaine tout au plus, les bénévoles «feront une différence tangible dans la lutte que nous menons actuellement contre la COVID-19».

Les candidats, qui devront être âgés de moins de 70 ans et ne pas être considérés comme des personnes à risque, feront au préalable l’objet de vérifications de sécurité et recevront les formations appropriées. 

Au terme du processus de sélection, ils seront déployés dans les entrées des cinq hôpitaux du CHU de Québec, soit le CHUL, l’Hôpital Saint-François d’Assise, l’Hôpital Saint-Sacrement, l’Hôpital de l’Enfant-Jésus et l’Hôtel-Dieu de Québec.

Chaudière-Appalaches

Dans Chaudière-Appalaches, le bilan de mardi faisait état de 46 nouveaux cas de COVID-19 et de 12 personnes hospitalisées, soit deux de plus que la veille. De ce nombre, quatre sont aux soins intensifs (stable). Aucun nouveau décès n’a été rapporté. 

Un nouveau cas de COVID-19 à été recensé à la ressource d’hébergement Le Crystal, à Thetford Mines, où on compte actuellement 23 cas actifs chez les résidents et 12 chez les employés. 

Aucune nouvelle contamination n’a été signalée dans les deux autres milieux d’hébergement encore considérés en éclosion, soit la RPA La Seigneurie de Lévy, à Lévis, et la RPA Jeanne d’Arc Fillion, à Saint-Nazaire-de-Dorchester.

Du côté des écoles, la liste du ministère de l’Éducation fait état d’une vingtaine d’établissements scolaires de Chaudière-Appalaches touchés par au moins un cas de COVID-19.

+

EN BREF

Capitale-Nationale

  • +92 nouveaux cas, pour un total de 3153 depuis le début de la pandémie
  • 1981 personnes rétablies
  • 206 personnes décédées
  • 40 personnes hospitalisées, dont quatre aux soins intensifs
  • 966 cas (confirmés) actifs

Chaudière-Appalaches

  • +46 nouveaux cas, pour un  total de 1003 personnes infectées depuis le début de la pandémie
  • 733 personnes rétablies
  • 13 personnes décédées 
  • 12 personnes hospitalisées, dont quatre aux soins intensifs
  • 257 cas (confirmés) actifs