Des employés du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches auraient contracté la COVID-19.

COVID-19: des employés du CISSS de Chaudière-Appalaches infectés

Des employés du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches ont contracté la COVID-19.

Il n’a pas été possible de savoir lundi combien d’employés sont infectés, dans quelle(s) installation(s) ils travaillent et s’il s’agit de membres du personnel soignant qui ont pu être en contact avec des patients.

«Dans un souci de confidentialité et de respect des individus, la Direction de santé publique du CISSS de Chaudière-Appalaches n’est pas autorisée à divulguer des informations personnelles pouvant identifier une personne infectée par la COVID-19 ou son milieu (MRC, municipalité, ville, milieu de travail)», explique le CISSS dans un communiqué.

Dans une note envoyée aux employés et aux gestionnaires, et obtenue par Radio-Canada, la direction générale de l’établissement écrit que «dans le contexte actuel de pandémie, dans une organisation aussi grande que la nôtre [le CISSS compte 12 000 employés], cette situation était non souhaitée, mais prévisible».  

Elle précise que des enquêtes épidémiologiques ont été menées auprès des personnes qui ont été en contact avec les cas confirmés de coronavirus, et que chaque personne a reçu des instructions afin de limiter la propagation du virus.

«Nous nous assurons par ailleurs que les mesures de désinfection sont réalisées dans nos installations en tout temps et que, selon les situations, les mesures spécifiques applicables aux différents milieux sont réalisée», mentionne la direction dans son message interne.

En entrevue au Soleil, lundi, la directrice adjointe du service des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques du CISSS de Chaudière-Appalaches, Kathy Plante, a essentiellement répété le contenu de ce message. 

«Notre objectif comme employeur, c’est vraiment de prendre soin de notre personnel, d’assurer leur santé et leur sécurité au travail, et pour ça, on a des mesures en place qu’on respecte à la lettre», a assuré Mme Plante. 

«Nos 100 installations sont toutes sécuritaires […]. On a augmenté les mesures d’hygiène et de salubrité. Donc ce n’est pas dangereux» tant pour les patients que pour les employés, a-t-elle assuré.