Le CISSS de Chaudière-Appalaches annoncera cette semaine l’ouverture d’une nouvelle clinique de dépistage dans le secteur de Lévis.
Le CISSS de Chaudière-Appalaches annoncera cette semaine l’ouverture d’une nouvelle clinique de dépistage dans le secteur de Lévis.

COVID-19: 16 nouveaux cas et un décès dans Chaudière-Appalaches

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
La région de Chaudière-Appalaches, qui vient de passer en mode «préalerte», ou au jaune, enregistrait mardi 16 nouveaux cas de COVID-19 et un nouveau décès. La directrice de santé publique de la région, la Dre Liliana Romero, pointe du doigt «les rassemblements privés, les bars et les fêtes de famille». Un relâchement qui a un impact direct sur les milieux d’hébergement pour aînés, déplore-t-elle.

«Le virus entre dans les milieux de vie parce qu’il circule dans la communauté, où on voit un relâchement des mesures» dans les milieux de travail et la population en général, dit en entrevue au Soleil la Dre Romero, qui vit de l’inquiétude depuis deux semaines devant l’augmentation des cas de COVID-19 dans sa région.

La semaine dernière, 106 nouveaux cas y ont été recensés, pour une moyenne de 15 cas par jour. Lundi, le CISSS de Chaudière-Appalaches faisait état de 32 nouveaux cas en 24 heures et de deux hospitalisations, soit une de plus que vendredi. Mardi, il annonçait 16 nouveaux cas et le décès d’une personne qui résidait aux Jardins Saint-Alphonse, le seul cas de COVID-19 signalé dans cette résidence privée pour aînés de Thetford Mines. 

«De façon évidente, il fallait changer de pallier [passer du vert au jaune]. Il faut réajuster les choses et on va travailler très fort pour y arriver», assure la directrice de santé publique de Chaudière-Appalaches. 

Le CISSS de Chaudière-Appalaches a d’ailleurs diffusé un communiqué mardi après-midi pour expliquer les mesures qui seront mises en place avec le passage de la région en mode «préalerte», qui s’explique par un nombre de cas plus élevé que la normale et des éclosions plus importantes, notamment dans des milieux d’hébergement pour aînés. 

Mesures mises en place

Parmi les mesures qui seront mises en place : augmentation des inspections dans les milieux de vie, maintien de l’accès sécuritaire à ces milieux et triage des visiteurs afin de s’assurer qu’aucun ne présente de symptômes d’infection respiratoire. «Aucun visiteur symptomatique n’est admis dans les milieux de vie. Les visiteurs doivent porter un masque de procédure en tout temps pendant la visite», précise le CISSS. 

La surveillance des milieux de travail sera également rehaussée par des inspections «pour vérifier le respect des mesures et pour apporter des correctifs au besoin». «Le recours accru au télétravail, lorsque possible, est encouragé», mentionne-t-on.

La Dre Liliana Romero a par ailleurs indiqué au Soleil vouloir faire davantage de dépistage et augmenter la capacité de la région à 1000 tests par jour (elle est actuellement à 700). Comme d’autres régions toutefois, elle est en attente «d’appareils et de réactifs pour augmenter la capacité analytique de notre laboratoire», des commandes gérées par le ministère de la Santé. 

Le CISSS de Chaudière-Appalaches annoncera également cette semaine l’ouverture d’une nouvelle clinique de dépistage dans le secteur de Lévis. «On veut aussi augmenter le nombre de personnes affectées au dépistage. J’ai mobilisé les hygiénistes dentaires, qui seront 17 à se joindre aux équipes de dépistage à partir de la semaine prochaine», mentionne la Dre Romero.

La coiffeuse 

En conférence de presse, mardi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a affirmé que la coiffeuse qui aurait fait entrer la COVID-19 dans trois milieux d’hébergement pour aînés de Thetford Mines avait visité six établissements. 

Selon lui, cette coiffeuse, «qui savait qu’elle était contagieuse», aurait coiffé 15 personnes. «C’est inacceptable», a-t-il dit.

En entrevue, la Dre Romero s’est montrée beaucoup plus prudente et nuancée, affirmant que plusieurs hypothèses pouvaient expliquer la contamination de milieux d’hébergement pour aînés dans Chaudière-Appalaches, dont celle de la coiffeuse. «Je n’ai pas la même information [que le ministre]», notamment sur le fait que la coiffeuse se savait contagieuse, a-t-elle dit.

Plus tard, une porte-parole du CISSS de Chaudière-Appalaches, Maryse Rodrigue, a fait parvenir aux médias un courriel dans lequel elle rappelle qu’une enquête épidémiologique «repose toujours sur les dires des gens» et qu’«il y a toujours une part de subjectivité chez la personne enquêtée». 

«L’objectif des enquêtes n’est pas de blâmer la personne ayant reçu un résultat positif, mais bien de circonscrire le plus rapidement possible la transmission de la COVID-19. Si les personnes enquêtées ont peur d’être identifiées, elles risquent de cacher de l’information primordiale à l’enquête», souligne Mme Rodrigue avant de nous inviter «à respecter la confidentialité des enquêtes et à ne pas briser la réputation d’un individu impliqué dans une situation». 

Selon la porte-parole du CISSS, «dans la situation à Thetford, la coiffeuse n’avait pas de symptômes au moment où elle a coiffé ces gens et elle n’avait pas passé encore de test évidemment, ne sachant pas qu’elle avait attrapé le virus, malheureusement».

Vers 16h, le ministre Dubé a fait cette mise au point sur Twitter: «J'ai dit qu'une coiffeuse a offert des services en RPA sachant qu'elle était atteinte de la COVID-19. Or on m'indique qu'elle était contagieuse, sans le savoir. Mon message reste clair: chaque individu a sa part de responsabilité et doit respecter les mesures.»

Le bilan de mardi du CISSS faisait état de deux nouveaux cas à la ressource pour aînés Le Crystal, à Thetford Mines, portant à 35 le nombre total de personnes atteintes, soit 25 résidents et 10 travailleurs. La situation est toutefois restée stable au CHSLD Saint-Alexandre, toujours à Thetford Mines, avec un seul usager infecté jusqu’à maintenant. 

Idem à la résidence Le Saint-Guillaume de Saint-Georges, où on dénombrait toujours mardi 14 personnes infectées (neuf résidents et cinq travailleurs) et un décès.

11 écoles touchées 

Le CISSS de Chaudière-Appalaches a par ailleurs publié mardi la liste des écoles de son territoire où au moins un cas de COVID-19 a été signalé depuis le début de la rentrée scolaire. 

On en compte 11 au total, dont trois sont considérées en éclosion parce qu’au moins deux cas liés entre eux ont été recensés. Il s’agit de l’école primaire Sainte-Hélène, dans le secteur de Lévis, de l’école primaire des Deux-Rives, à Saint-Georges, et de l’école secondaire Veilleux, à Saint-Joseph.

Selon la Dre Liliana Romero, «ce sont de petites éclosions, avec trois ou quatre cas maximum par école, qui sont bien contrôlées pour le moment».

Au Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin, les autres écoles touchées par au moins un cas de COVID-19 sont la Polyvalente Benoît-Vachon, la Polyvalente Bélanger, l’école primaire Monseigneur-Fortier et le Centre intégré de mécanique industrielle de la Chaudière. 

Au centre de services scolaires des Appalaches, ce sont l’école primaire du Plein-Soleil (Thetford Mines) et la Polyvalente de Thetford Mines qui sont sur surveillance depuis la découverte d’au moins un cas de coronavirus, alors qu’au centre de services scolaire des Navigateurs, des cas isolés ont été découverts à l’école secondaire Pointe-Lévy et à l’école primaire Plein-Soleil (Lévis).

+

EN BREF

Chaudière-Appalaches

  • + 16 nouveaux cas, pour un total de 795 depuis le début de la pandémie
  • 633 personnes rétablies
  • 10 personnes décédées
  • Deux personnes hospitalisées
  • 152 cas (confirmés) actifs