Coupe d’arbres au Boisé Rochebelle: au tour des élèves de dénoncer le projet [VIDÉO]

Les rassemblements pour empêcher la coupe d’arbres du Boisé Rochebelle par la Ville de Québec se poursuivent. Cette fois, le comité étudiant de l’école secondaire De Rochebelle se fait entendre : «On est contre ce projet-là, on ne pense pas que c’est une bonne idée pour l’environnement.»

Le Boisé Rochebelle est menacé de perdre une vingtaine de ses arbres en bordure, la Ville souhaite y construire un stationnement à ciel ouvert. Après plusieurs citoyens et l’organisme Québec Arbres, c’est au tour des élèves de l’école secondaire de faire valoir leur désaccord.

«Nous sommes dévastés par la nouvelle. Nous voulons vraiment préciser que ce boisé-là est très important. C’est un endroit extraordinaire pour aller se reposer, prendre l’air et vivre de la nature de Québec qui est de plus en plus rare. C’est très difficile de reboiser. Même s’ils coupent une petite partie, les arbres en arrière ne pourront supporter le vent et le soufflage de neige en hiver. Ce qui est aberrant, c’est qu’on coupe ces arbres-là pour quelques places de stationnement», exprime Hubert Jacob-Tardif, le coprésident de l’écocomité qui termine cette année son cinquième secondaire.

À LIRE AUSSI: Coupe du boisé Rochebelle: ne détruisez pas l’espoir

Lui et ses camarades assurent que ce boisé est fréquenté quotidiennement par les élèves. Les terrains verts de l’école sont utilisés tous les midis pour la tenue d’activités sportives, le boisé devient donc un lieu calme qui permet de se reposer à l’extérieur.

«Les gens disent souvent que les jeunes ne sortent pas dehors, je ne considère pas que c’est vrai, en tout cas, pas avec ce que je remarque à De Rochebelle», exprime la coprésidente de l’écocomité, Virginie Martin, elle aussi finissante. Elle déplore également qu’il s’agisse du seul espace vert dans le secteur, l’école étant entourée de voitures et de routes.

La coupe d’arbres est déjà commencée dans le secteur qui accueillera un nouvel anneau de glace. Plusieurs arbres présents dans le stationnement ont été coupés. La Ville de Québec souhaite planter 185 arbres supplémentaires lorsque les travaux seront terminés. Elle assure que le plan du stationnement a été décidé avec un souci de préservation des espaces verts.

La directrice du Centre de la petite enfance Aux Mille-Pattes de Sainte-Foy, Vivane Lindsay, était aussi présente lors de la conférence de presse animée par les élèves.

«Nos enfants viennent jouer dans le boisé presque tous les jours. On a un virage nature au niveau du programme éducatif, il nous faut des boisés comme celui-là pour jouer. C’est vraiment triste... Pour y voir les enfants, ici il y a de la magie, des personnages mystérieux, les enfants adorent venir», indique-t-elle.

Décision sans appel

Le conseiller du district Le Plateau, Rémy Normand, est catégorique. «Non, on ne pouvait pas faire autrement.» Selon lui, les spécialistes de la foresterie ont fait le travail nécessaire pour «minimiser les impacts sur le boisé».

«On a des besoins de stationnement et il faut creuser assez profondément pour capter les eaux souterraines et on doit s’approcher du boisé. Et pour l’ensemble de l’œuvre, il faut couper quelques arbres», résume-t-il.

«J’ai de la misère à m’imaginer qu’on va faire pire qu’actuellement. C’est une grande plaquette de stationnement. Nous, on va faire des petits îlots avec de la verdure et 145 arbres seront plantés. On va faire mieux après qu’avant», a insisté le conseiller.

Une fois le projet complété, la Ville souhaite discuter avec la commission scolaire pour aménager l’îlot de sentiers et d’équipements comme des bancs.  Avec Jean-François Néron