Coupable d’entrave pour avoir nui aux recherches policières

Malcolm Albert Tremblay était accusé d’avoir été négligent en inhumant le cadavre de sa conjointe, morte d’une hémorragie après avoir accouché. Il a finalement plaidé coupable à une accusation d’entrave à la justice pour avoir nui aux recherches policières visant à retrouver la jeune femme.

Catherine Racine-Ouellet, 26 ans, est morte dans des circonstances troublantes en mai 2016, juste après avoir accouché seule, dans un chalet isolé et sans eau courante de Lac-Beauport.

La jeune femme a formé un couple pendant trois ans avec Malcolm Albert Tremblay, 53 ans, propriétaire d’une clinique d’orthèses dans Limoilou. 

Parce qu’elle craignait qu’on lui enlève son enfant, Catherine Racine-Ouellet a décidé, en janvier 2016, d’aller cacher sa grossesse dans le chalet familial de Tremblay, à Lac-Beauport.

Malcolm Albert Tremblay a menti pendant six mois aux policiers qui recherchaient la jeune femme. Il les a même lancés sur des fausses pistes, disant que Catherine Racine-Ouellet avait été accoucher dans les monts Chics-Chocs, en Gaspésie. 

Ce n’est que le 29 novembre 2016 que Malcolm Albert Tremblay va finalement tout avoué aux policiers.

Le 22 mai 2016, la jeune femme l’avait appelé pour lui dire que «ça n’allait pas bien» et qu’elle avait besoin d’aide.

Tremblay dit être arrivé au chalet 30 minutes plus tard. Il a trouvé le corps de sa conjointe sur le sol. Le nouveau-né était sorti du ventre de sa mère, mais encore lié par le cordon ombilical.

Le lendemain, Tremblay a placé le corps de la jeune femme au pied d’un arbre et l’a abrillé d’une bâche. Il a ajouté deux fleurs en plastique et une croix avant de recouvrir le tout d’un amoncellement de pierres de différentes formes.

Vu l’état du corps, l'autopsie n’a pas permis de déterminer avec précision la cause du décès. Selon les pathologistes, certaines constatations soutiennent l’hypothèse du décès lors de l’accouchement.

Par son plaidoyer de culpabilité à l’accusation d'entrave, Tremblay reconnaît avoir volontairement menti pour détourner l’enquête policière sur la disparition de Catherine Racine-Ouellet. Il le faisait, ajoute-t-il, pour respecter les volontés de la jeune femme.

La Couronne a retiré l’autre accusation d’avoir été négligent dans l’inhumation d’un cadavre.

Déception de la famille

Avant de faire le débat sur la peine à imposer, la Couronne a demandé la confection d’un rapport par le service de la probation. Malcolm Albert Tremblay a indiqué qu’il refuserait de répondre aux questions de l’agent de probation.

La sœur de la disparue, Vanessa Racine-Lafleur, était un peu décontenancée de la tournure des procédures judiciaires. «C’est décevant, mais on est content que ça soit terminé», confiait-elle. La jeune femme a pleuré en apprenant quelques détails sur le troisième accouchement et le décès de sa sœur. «Ça fait mal au cœur», disait Vanessa, d’une voix faible.