Le premier ministre Philippe Couillard a annoncé la composition de son nouveau conseil des ministres, mercredi.
Le premier ministre Philippe Couillard a annoncé la composition de son nouveau conseil des ministres, mercredi.

Couillard veut reconnecter avec la capitale

Annie Mathieu
Annie Mathieu
Le Soleil
Le gouvernement du Québec doit se reconnecter avec la population de la Capitale-Nationale.

C’est du moins l’avis du premier ministre, Philippe Couillard, qui, au lendemain de la nomination d’une nouvelle ministre dans la région, a répété qu’il a saisi le message lancé la semaine dernière par les électeurs de Louis-Hébert qui ont choisi avec une forte majorité une députée caquiste pour remplacer Sam Hamad. 

«On ne se met pas la tête dans le sable. On a entendu qu’il faut améliorer notre contact avec la population», a dit M. Couillard en marge d’une importante rencontre portant sur l’enjeu de l’accès aux professions par les immigrants à l’hôtel Le Concorde. 

En plus de nommer Véronyque Tremblay comme ministre déléguée aux Transports, le premier ministre a retiré au député de Charlesbourg, François Blais, la responsabilité de ministre de la Capitale-Nationale pour la confier à son collègue dans Jean-Talon, Sébastien Proulx et ce, même si le premier faisait «un bon travail», selon le premier ministre. 

Ces changements sont porteurs d’un message auprès des gens de Québec, affirme son architecte. «On veut leur dire également ce qu’on fait pour la région. Sur le plan routier par exemple, tous les projets sont en cours, c’est le maire de Québec lui-même qui le dit. Henri-IV et Laurentienne sont annoncés et Robert-Bourassa a été fait. On travaille sur tous les points […] et on a une équipe qui est renforcée parce qu’on a plus de ministres autour de la table qui viennent de la région de Québec qui est très importante pour nous», a renchéri le premier ministre. 

Du sang sur la table

Celui-ci a également longuement défendu son remaniement ministériel relevant les contradictions des médias qui, selon lui, disent à la fois qu’il n’y a pas eu beaucoup de changements tout en affirmant qu’un gros ministère comme celui des Transports a peut-être été confié à tort à un jeune député inexpérimenté. 

Mais c’est lorsqu’une question portant sur le peu de congédiement au sein du conseil des ministres a été posée que le premier ministre a paru excédé. 

«Qu’est-ce que vous voulez avoir, vous autres, les médias? Vous voulez avoir une livre de chair? Un peu de sang sur la table? C’est ça qui vous intéresse? Vous voulez avoir des drames humains? C’est ça qui vous excite un peu? Vous voulez avoir des beaux articles là-dessus?» a rétorqué M. Couillard. 

«Moi je préfère parler de la compétence des gens. J’ai des gens compétents autour de la table, pourquoi ils auraient à quitter? Qu’est-ce que c’est cette histoire, on garde des gens expérimentés autour de la table, on amène des gens jeunes avec des responsabilités majeures à la fois, alors si c’est un concours de démotion, je ne joue pas à ce jeu-là. Moi je joue à la construction, on est en train de construire le Québec», a-t-il poursuivi, invitant ses interlocuteurs à regarder «l’ensemble de l’œuvre» et à constater que jamais un gouvernement avant le sien n’a eu autant d’audace en confiant autant de responsabilités à des jeunes ministres.