Segma Recherche a questionné les répondants sur trois projets gaziers et pétroliers, dont celui de Junex d’extraire le pétrole de la propriété de Galt, près de Gaspé.

Côte-de-Gaspé: 9 personnes sur 10 exigent un BAPE sur les hydrocarbures

GASPÉ — Une forte majorité de résidents de la Côte-de-Gaspé, où se concentre l’exploration pétrolière sur la péninsule, réclame la tenue d’audiences du BAPE. Et tout de suite, sans attendre une éventuelle exploitation, révèle un sondage commandé par la MRC et rendu public cette semaine.

Selon le projet visé, entre 88,5 % et 91,6 % des répondants jugent «essentiel» que le BAPE évalue ses impacts. Une proportion de 79,9 % souhaite que ça se fasse avant ou pendant la phase d’exploration.

«C’est ce qu’on exprime depuis des années», commente Yanick Desbiens, du Conseil régional de l’environnement Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CREGÎM). Un BAPE sur l’ensemble du développement pétrolier dans la région serait l’idéal, estime M. Desbiens, comme celui dont l’industrie du gaz de schiste a fait l’objet en 2010-2011. «Il y a une iniquité sur le plan de la santé et de la sécurité des gens», juge-t-il.

Info requise

Selon le projet évoqué, entre la moitié et le tiers des sondés se disent mal informés ou ne connaissent pas les projets.

«On réitère la nécessité que le gouvernement du Québec donne toute l’info requise. On redemande des séances d’information et ultimement, des consultations publiques», a réagi le préfet de la MRC, Daniel Côté.

Gaspé exige depuis 2015 la tenue d’un BAPE sur le projet Haldimand de Pieridae à Gaspé. Un des forages est situé à 350 mètres d’une zone résidentielle. Québec n’a pas accordé ce BAPE jusqu’ici.

En plus du projet Haldimand, les répondants étaient interpellés sur le projet de Pieridae d’extraire du gaz et du pétrole sur le site Bourque, entre Murdochville et Grande-Vallée. Le questionnaire abordait aussi le projet de production de pétrole de Junex à Galt, à 20 kilomètres de Gaspé.

Pour ou contre?

L’interprétation du sondage a fait jaillir quelques étincelles entre la MRC et les groupes environnementaux. Les maires évaluent qu’une «majorité importante» de la population est favorable aux projets Galt (69,6 %) et Bourque (70,2 %) tandis que le projet Haldimand «divise la population» (46,7 % pour et 49,6 % contre, soit à l’intérieur de la marge d’erreur).

Mais cet appui vaut seulement si les firmes extraient les hydrocarbures sans utiliser la fracturation hydraulique. S’ils emploient cette méthode, l’approbation tombe aux environs de 25 % pour Galt et Bourque et à 12 % pour Haldimand.

Pieridae envisage la fracturation à Bourque et à Haldimand, tandis que Junex pense pouvoir s’en passer à Galt, mais ne l’a jamais exclue. Le CRÉGIM a exprimé sa «grande surprise» et sa «déception» devant le constat de la MRC.

«On a fait un amalgame de chiffres. Il aurait fallu faire la distinction. La fracturation est envisagée, elle n’est pas bannie», remarque M. Desbiens.

L’eau est également une question sensible dans la Côte-de-Gaspé. Plus de la moitié des répondants ont affirmé qu’ils retireraient leur appui au projet si on démontrait un risque de contamination de la nappe phréatique, de l’eau potable ou des rivières.

Le sondage, mené par la firme Segma Recherche du 30 octobre au 8 novembre 2017, a joint 400 répondants et comporte une marge d’erreur de 4,9 %.

***

LA FIN DU PROJET HALDIMAND?

GASPÉ — Le maire de Gaspé, Daniel Côté, croit que Pieridae abandonnera son projet d’exploiter le pétrole du secteur Haldimand, dans sa ville. Il fait état d’informations du «public et du privé». «L’information de corridor est à l’effet que le projet serait fini […]. Ils l’annonceront quand ils l’annonceront. On peut se douter qu’il y ait des demandes d’indemnisations s’ils quittent.» Le maire a été critique envers le projet Haldimand, mais ne va pas jusqu’à demander le départ de Pieridae, comme l’a fait le député indépendant de Gaspé, Gaétan Lelièvre. «Je ne peux pas me permettre, comme maire, d’employer les mêmes mots que M. Lelièvre. Je ne veux pas engager la responsabilité de la Ville [en cas de demande d’indemnité].» De passage en Gaspésie le 19 décembre, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, a aussi déclaré que les projets de règlements de son gouvernement empêcheraient Pieridae d’exploiter deux de ses trois puits à Haldimand. Il a ajouté qu’une augmentation des distances séparatrices pourrait mettre le troisième  hors jeu.