Des organismes accusent le port de vouloir bâtir à tout prix un nouveau quai qui pourrait entraîner le dragage de près d’un million de tonnes de sédiments sans répondre à des besoins réels ni écouter les citoyens, acteurs économiques et groupes environnementaux.
Des organismes accusent le port de vouloir bâtir à tout prix un nouveau quai qui pourrait entraîner le dragage de près d’un million de tonnes de sédiments sans répondre à des besoins réels ni écouter les citoyens, acteurs économiques et groupes environnementaux.

Consultation sur le terminal de conteneurs: «opération de relations publiques» dénoncée

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Des organismes environnementaux ont dénoncé et qualifié «d’opération de relations publiques» la consultation qui sera menée mercredi par le Port de Québec relativement à son projet d’agrandissement et d’aménagement d’un terminal de conteneurs.

Nature Québec, Équiterre, Accès Saint-Laurent Beauport, le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) et l’Initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec ont dénoncé les impacts qu’aura le projet sur les milieux naturels du fleuve et la Baie de Beauport.

Ces organismes accusent le port de vouloir bâtir à tout prix un nouveau quai qui pourrait entraîner le dragage de près d’un million de tonnes de sédiments sans répondre à des besoins réels ni écouter les citoyens, acteurs économiques et groupes environnementaux.

Processus d’examen

Les organismes demandent également que soit repris le processus d’examen environnemental du projet puisque le projet de départ, qui prévoyait plutôt des réservoirs de vrac, a été modifié de façon importante depuis le début.

«En ne tenant pas de nouvelles audiences sur le projet de conteneurs, on nous prive littéralement de notre droit de parole, sans compter tout le travail réalisé pour rien. Cela va de même pour l’agence qui a dû en faire les analyses. Tant de travail perdu!» a déclaré Alizée Cauchon, responsable des relations gouvernementales chez Équiterre.