L'aérodrome de Neuville

Consultation bientôt obligatoire pour les aérodromes

Après avoir laissé construire l'aérodrome de Neuville malgré l'opposition de la municipalité et d'une bonne partie de la population, le gouvernement fédéral planche sur une réglementation qui obligerait les promoteurs à consulter les communautés où ils souhaitent atterrir.
Transports Canada a publié au début de janvier un avis de rapport du Conseil consultatif sur la réglementation aérienne canadienne (CCRAC).
Dans ce document administratif, on peut lire que «l'absence d'exigence en matière de consultation sur les questions liées aux aérodromes est contraire au processus décisionnel participatif. Afin d'améliorer l'efficacité et la transparence concernant la construction et l'exploitation d'aérodromes, une réglementation est proposée pour accroître la sensibilisation du public et la participation aux projets de construction d'aérodromes».
Le texte précise que tant les communautés touchées par l'éventuelle présence d'un aérodrome que les autorités locales responsables de l'utilisation des terres devraient être consultées.
Pour y arriver, il faut toutefois un «projet réglementaire ciblé». Les fonctionnaires de l'aviation civile de Transports Canada y travaillent.
Les commentaires sur ce nouvel avis étaient acceptés jusqu'au 17 janvier. Le public pourra à nouveau se prononcer lors de l'avis de proposition de modification du Règlement de l'aviation canadien et la publication préalable dans la Gazette du Canada.
Pour les opposants à l'aérodrome de Neuville, qui ont pisté Le Soleil, une consultation publique obligatoire aurait pu bloquer le projet de Neuville Aéro. «Il n'y a pas un citoyen qui aurait accepté qu'un aéroport s'installe à 200 mètres d'une résidence», martèle Jean-Pierre Lorrain, porte-parole du Comité neuvillois pour le bien commun.
Agir pour l'avenir
Même si les nouvelles règles s'appliqueront uniquement aux futurs aérodromes, celui-ci se réjouit que le dossier avance. «On savait que notre lutte allait servir pour les autres», laisse-t-il tomber.
Le groupe d'opposants espère aussi de nouveaux recours juridiques après la publication récente d'une circulaire d'information qui rappelle aux promoteurs d'aérodromes qu'ils doivent respecter les lois provinciales et les règlements municipaux pour toute activité ou installation qui n'est pas strictement aéronautique.
Aérodrome de Pintendre : Lehouillier prépare sa stratégie
Le maire Lehouillier «prépare sa stratégie» dans l'épineux dossier de l'aérodrome de Pintendre, qui dérange les voisins des quartiers résidentiels. Ottawa a rappelé récemment aux promoteurs des aérodromes qu'ils doivent respecter les lois provinciales et les règlements municipaux pour toute activité ou installation qui n'est pas strictement aéronautique.
Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, se réjouit de ces clarifications qui donnent les «coudées franches» à la Ville pour agir. «À la Ville, on est en train de préparer notre stratégie pour la suite des choses. Tout en rappelant que notre objectif, c'est d'assurer la quiétude des gens.» Stéphanie Martin