S’il est réélu, Gilles Lehouillier, le maire sortant de Lévis, s’engage à mobiliser la population pour avoir «un échéancier au plus sacrant» du bureau d’étude du troisième lien.
S’il est réélu, Gilles Lehouillier, le maire sortant de Lévis, s’engage à mobiliser la population pour avoir «un échéancier au plus sacrant» du bureau d’étude du troisième lien.

Congestion routière: Lehouillier s’engage à investir 115 M$ en 4 ans

Patricia Cloutier
Patricia Cloutier
Le Soleil
Lévis Force 10 s’engage à investir 115 M$ d’ici 2021 pour faire en sorte que les citoyens passent moins de temps bloqués dans le trafic. En contrepartie, l’équipe du maire sortant Gilles Lehouillier s’attend à ce que le gouvernement «passe de la parole aux actes» et enclenche la construction du 3e lien routier entre Québec et Lévis.

«Il y a un gouvernement qui s’est engagé à faire le troisième lien, pas juste les études», a rappelé M. Lehouillier en conférence de presse mercredi. S’il est réélu, il s’engage à mobiliser la population pour avoir «un échéancier au plus sacrant» du bureau d’étude du 3e lien.

Selon lui, la congestion routière et l’irritant numéro 1 de la population. «Il ne se passe pas une porte sans que les gens nous en parlent», a-t-il lancé. 

M. Lehouillier a soutenu que le ministère des Transports avait accumulé des «retards considérables» en investissements routiers à Lévis. 

Comme maire de la ville, il s’engage à faire sa part et à «ramener de la fluidité à l’interne». M. Lehouillier a évoqué le chiffre de 115 millions $ investi en construction de nouvelles routes et en amélioration du transport en commun, sans toutefois aller dans les détails. 

Le maire sortant soutient qu’il s’agit d’un investissement «substantiel», mais il n’était pas en mesure de faire des comparaisons avec ce qui a été investi lors de son premier mandat. Réparti sur 4 ans, ce montant équivaut à environ 25 % des investissements totaux de la Ville, si on se fie au dernier Programme triennal d’immobilisations (PTI). 

Même s’il martèle que le Service rapide par bus (SRB) est «mort et enterré» à Lévis, M. Lehouillier fait toujours du transport en commun «un incontournable» pour soulager la pression sur les routes. Il songe à offrir plus de flexibilité, dont un service «presque à la carte» pour les entreprises dans les parcs industriels qui souhaitent une desserte.

Des engagements pour le transport en commun

- Nouvel outil de géolocalisation des autobus

- Ajout de 400 cases de stationnements incitatifs

- Retour de l’autobus à 2$ à l’été 2018

- Ajout de minibus pour du transport «à la carte»