La Ville de Québec estime que 40 % de la circulation engendrée par l’implantation des nouveaux condominiums aboutira dans le Faubourg Saint-Michel.

Condos «Sous les bois»: les résidents du Faubourg Saint-Michel toujours inquiets

Une rencontre de travail de la Ville de Québec sur la circulation dans le Faubourg Saint-Michel à l’aube de l’inauguration du projet de condos Sous les Bois en 2019 a laissé les résidents du quartier sur leur appétit et toujours inquiets.

Depuis deux ans, le Comité des résidents du Faubourg Saint-Michel demande que l’accès aux futurs condominiums se fasse via une voie d’accès par les terres des Sœurs de Jésus-Marie qui se terminerait sur le chemin Saint-Louis. La Ville refuse cependant d’aller de l’avant avec cette option même si l’accès se fait par le chemin Saint-Louis vers des projets immobiliers comme le Boisé des Augustines et le Domaine Benmore.

«Après cette rencontre, nos inquiétudes sont toujours aussi vives. Tous les résidents qui ont parlé ont demandé qu’il y ait une voie d’accès sur le chemin Saint-Louis et la Ville s’est toujours cachée derrière le ministère de la Culture, prétendant que le ministère n’en voulait pas», a expliqué au Soleil Fabienne Barnard, représentante du Comité.

Inconcevable

Mme Barnard trouve inconcevable que la circulation engendrée par le nouveau complexe de 180 condominiums et 10 jumelés des promoteurs Gratien Dubé et Jean-Michel Simard aboutisse dans le Faubourg Saint-Michel via les rues du Cardinal-Persico, qui recevrait 40 % de la circulation selon les chiffres de la Ville, Narcisse-Roy et Treggett, qui recevraient ensemble les 60 % restants.

«Chez nous, les rues sont étroites, soit six mètres de large, et le quartier a un caractère particulier qui s’allie mal à une hausse de circulation de cette ampleur», poursuit Mme Barnard. «La Ville nous dit maintenant qu’il est trop tard pour faire autrement, mais c’est frustrant et difficile à accepter, car elle n’a jamais eu la volonté de faire des démarches en ce sens.»

«Depuis deux ans, la Ville disait que le ministère de la Culture ne voulait pas de notre solution et, pourtant, le ministère ne m’a jamais dit ça. Le 12 mars, lors d’une rencontre avec des représentants de la Ville et du ministère, le ministère a dit n’avoir jamais émis d’avis formel concernant l’ouverture d’une rue vers le chemin Saint-Louis», expose la représentante du Comité.

Ce n’est que le 9 mai que le conseiller municipal Rémy Normand, responsable des transports, aurait écrit au ministère de la Culture à ce sujet. «Mais à ce jour, la Ville n’a pas encore reçu de réponse», déplore Mme Barnard.