Florent Gagné

Commission Charbonneau: le MTQ affecté par la réduction de l'État

La diminution de moitié des effectifs du ministère des Transports, jumelée à un «choix politique» de confier plutôt le travail au privé, ont grandement affecté la capacité du ministère de bien effectuer sa tâche, a affirmé vendredi Florent Gagné, ex-sous-ministre des Transports.
Devant la Commission Charbonneau, le haut-fonctionnaire de carrière a relaté que le ministère des Transports était passé de 12 000 employés à 6000, au fil des ans. Il y a donc eu perte d'expertise.
Cette diminution draconienne des effectifs a été jumelée à un changement de philosophie au début des années 2000, en adoptant le «credo» voulant que la fonction publique est «trop grande et inefficace», qu'il faut la réduire et confier davantage le travail au privé, a résumé M. Gagné.
La mode était à la «réingénierie» de l'État, à l'impartition, au «déficit zéro», aux compressions budgétaires puis aux partenariats public-privé, a-t-il relaté.
«Nous étions inquiets un petit peu pour l'avenir», a avoué l'ancien sous-ministre des Transports.
Le procureur de la commission, Me Paul Crépeau, lui a demandé si ce virage vers le privé avait été appuyé sur une quelcoque étude.
«Non», a répondu le témoin. «Je pense que ce sont des choix politiques qui ont été faits. Et je ne me souviens pas d'avoir vu des études en ce sens-là, s'il y en avait.»
M. Gagné, qui a également été directeur général de la Sûreté du Québec et, plus récemment, en 2013, tuteur de la Ville de Laval, croit qu'on est allé trop loin en la matière et qu'il faut maintenant regarnir le ministère des Transports, trouver un nouvel équilibre.