Comment s'est passée ta journée? Une simple question pour transformer votre couple

Aimer une personne peu sûre d’elle peut être une source de frustration. On a l’impression qu’il faut toujours la complimenter ou la rassurer. Non seulement cela peut être épuisant, mais en essayant de faire ce qu’on croit être bon, il arrive qu’on aggrave les choses.

Lorsque des gens qui manquent de confiance en eux entendent des commentaires positifs à leur sujet ils ont tendance à en douter ou à les rejeter, comme le démontrent de nombreuses recherches. Ainsi, de façon étonnante, le fait de recevoir une rétroaction positive peut leur causer de l’anxiété, parce que cela entre en conflit avec la vision négative qu’ils ont d’eux-mêmes.

Les personnes peu sûres d’elles peuvent se demander si leur partenaire les connaît vraiment ou s’inquiéter de ne pas être à la hauteur de ses attentes. Parfois, la louange peut même conduire leur esprit à contre-argumenter et engendrer des pensées défavorables pour la réfuter.

Que doit-on faire ? Essayer de démontrer une véritable curiosité au lieu de formuler des compliments. Poser une question simple comme : « Comment s’est passée ta journée ? » permet de manifester de l’intérêt sans déclencher d’évaluation négative chez l’autre.

Notre équipe de l’Université de Waterloo a récemment mené une série d’études qui ont montré qu’en posant cette question, on peut faire en sorte que des gens qui manquent d’assurance se sentent soutenus. Nous avons mené deux enquêtes aux États-Unis auprès de 359 adultes (âgés de 18 à 66 ans) qui vivaient en couple.

Déjouer l’insécurité

Afin de déterminer le degré d’assurance et de confiance des participants face à l'amour de leur conjoint, nous leur avons remis un questionnaire pour évaluer combien ils sentaient que leur partenaire les aimait, était attaché à eux et les soutenait dans des moments difficiles. Un autre questionnaire portait sur leur satisfaction à l’égard de leur relation de couple.

Dans deux études, nous avons constaté que lorsque leur conjoint leur demandait comment s’était déroulée leur journée, les personnes qui manquaient d’assurance dans leur relation ressentaient une satisfaction accrue.

Chez les gens qui ressentaient davantage de confiance et qui étaient déjà très satisfaits de leur relation, la question « Comment s’est passée ta journée ? » a rarement eu le même effet positif que chez les moins sûrs d’eux.

Pourquoi le fait de poser des questions sur la journée de son conjoint est-il efficace ? Nous avons présumé que cette manifestation d’intérêt, lorsqu’elle est sincère, permet de montrer qu’on se soucie de l’autre.

Pour vérifier notre hypothèse, nous avons mené une autre étude. Les participants ont lu un scénario dans lequel Mike et Sarah, un couple, ont une conversation brève et agréable après le retour de Sarah à la maison. Dans le texte lu par un des groupes, Mike interroge Sarah sur sa journée. Ceux d’un deuxième groupe n’avaient pas ce détail.

Les participants qui ont lu le texte où Mike pose à Sarah des questions sur sa journée ont davantage perçu qu’elle sentait que Mike se souciait d’elle que ceux qui n’ont pas eu ce détail. Cela ne vient pas du fait que Sarah a décrit sa journée, car les participants qui ont lu un scénario où Sarah la décrit sans que Mike ne lui pose de question ont considéré que Sarah s’est moins senti soutenue par Mike que ceux qui ont lu un texte où il le lui demande directement.

Nous présumons que ce signe d’attention fonctionne particulièrement bien avec les gens qui sont peu sûrs d’eux parce qu’il est subtil et non menaçant. Cela ne les porte pas à se demander pourquoi leur conjoint leur pose cette question ou s’ils méritent ce qui est dit. Ainsi, en posant des questions sur la journée de son conjoint, on déjoue son insécurité affective.

La curiosité plutôt que les compliments

Dire « Comment s’est passée ta journée ? » n’a rien de spécial, mais c’est le fait de montrer un intérêt sincère qui l’est.

Dans une étude finale, nous avons invité 162 couples (des étudiants de premier cycle et des gens de la collectivité, âgés de 17 à 47 ans) dans le laboratoire et les avons séparés en leur disant qu’ils auraient à accomplir différentes tâches.

Nous avons fait croire aux participants que leur conjoint leur avait écrit un mot. Dans un groupe, les mots ne comprenaient qu’une description de ce qu’avait vécu le conjoint, et dans l’autre, en plus de la description, il y avait les questions : « Comment s’est passée ta tâche ? Ça t’a plu ? »

Les conjoints avec moins d’assurance qui ont reçu un mot avec une question au sujet de leur expérience se sont sentis plus accueillis par leur partenaire que ceux qui n’ont pas eu cette question. Par contre, pour les personnes plus sûres d’elles, cela ne changeait rien. Nous pensons que les personnes plus confiantes n’ont pas besoin d’un signe d’intérêt pour se sentir appréciées.

Nous ne suggérons pas qu’il faille cesser de complimenter un conjoint peu sûr de lui. L’absence totale d’éloges pourrait être nuisible, surtout si la personne souhaite en recevoir ou veut être réconfortée. Mais sachez que les compliments n’auront pas forcément l’effet souhaité, surtout si l’on veut convaincre son conjoint qu’on se soucie de lui.

Montrez-lui plutôt de l’intérêt en lui demandant comment s’est déroulée sa journée. Manifester de l’attention et de l’intérêt pour quelqu’un, surtout dans une société remplie de distractions comme la nôtre, peut être le meilleur signe de bienveillance qui soit.

***

Ce texte est d'abord paru sur le site franco-canadien de The Conversation. Reproduit avec permission.

The Conversation