Comment se protéger du vol d’identité?

Pour voler votre identité, les escrocs profitent de failles informatiques, mais ils savent d’abord exploiter les failles humaines, que ce soit sur Internet ou au centre d’achat. Le sergent-détective Denis Falardeau, de l’unité des fraudes du Service de police de la Ville de Québec, le constate au quotidien. Comment faire pour se protéger? Voici cinq conseils du policier.

1. Enlevez votre date de naissance sur Facebook 

Une fois par année, des tas de gens vous souhaitent bonne fête sur Facebook. Tant mieux. Mais le reste de l’année, laisser votre date naissance sur votre profil peut aussi faire le bonheur des arnaqueurs. «Avec le nom et la date de naissance, les fraudeurs peuvent faire n’importe quoi. Ils peuvent emprunter, acheter une voiture, demander du crédit», dit le sergent-détective Falardeau. Et s’ils réussissent à obtenir votre adresse et votre numéro de téléphone, ils ont encore plus d’options... En plus d’enlever votre date de naissance, vous pouvez aussi modifier votre nom pour un surnom ou des abréviations. Aussi, suggère M. Falardeau, prenez le temps de sécuriser votre compte en ajustant les paramètres de confidentialité. 

2. Complexifiez et variez vos mots de passe

«Il ne faut pas avoir des mots de passe trop faciles», dit le sergent-détective Falardeau. Lettres minuscules, lettres majuscules, ponctuation, symboles : tout ce qui peut compliquer la tâche des fraudeurs est utile. Année après année, le mot de passe le plus populaire est le «123456»... Des hackers n’auront pas trop de mal à le deviner. Donc, à éviter. Aussi, vaut-il mieux varier les mots de passe. C’est plus exigeant pour la mémoire, mais aussi, plus sécuritaire : «si vous vous faites voler votre identité et ils ont juste un mot de passe, vous allez limiter les dommages», souligne M. Falardeau. 

Le sergent détective Denis Falardeau, de l’unité des fraudes du Service de police de la Ville de Québec

3. Surveillez vos transactions

«Le truc qu’on peut donner, c’est qu’à chaque période de paie, on va voir nos affaires, au moins deux fois par mois.» Évidemment, les institutions financières vont couvrir la fraude. «Mais c’est les impacts que ça a : il faut annuler toutes nos cartes, appeler tous ceux qui ont des prélèvements autorisés, faire réémettre des chèques dans certains cas, et s’assurer qu’on ne perd pas notre crédibilité comme consommateur». Le dossier de crédit, souligne-t-il, peut être affecté. Et il peut ensuite devenir difficile d’obtenir des services financiers. Des agences comme Équifax et TransUnion permettent de faire les vérifications nécessaires. 

4. Gardez votre portefeuille près de vous

«On parle beaucoup de protéger nos données sur Internet, mais c’est plus que ça», dit le sergent-détective Falardeau. Le vol, ce crime vieux comme le monde, est aussi une façon pour les fraudeurs de soutirer vos renseignements personnels. Les escrocs, par exemple, savent que les gens ont tendance à oublier leur portefeuille dans le porte-gobelet de la voiture, leur sacoche sur le banc arrière ou leur ordinateur dans le coffre. Alors, ils fouillent les véhicules. D’autres endroits, qui ne sautent pas aux yeux, sont aussi propices au vol d’identité. Au bureau, par exemple, un collègue que vous ne connaissez pas ou qui a des problèmes financiers peut fouiller dans votre manteau accroché dans le vestiaire et mettre la main sur votre portefeuille. Il dérobe votre carte de crédit le midi et s’offre une virée de magasinage en s’achetant une série de biens à «100 $» avec la «paypass». L’idée n’est pas de devenir paranoïaque, explique le sergent-détective Falardeau, mais d’être prudent. Après tout, garder son portefeuille près de soi n’est pas si difficile... 

5. Cachez votre NIP

«Une dame âgée a sa sacoche dans son panier, à l’épicerie», raconte le sergent-détective Falardeau. «Elle se présente à la caisse. Le suspect va se présenter et va aller regarder par-dessus son épaule le NIP qu’elle est en train d’entrer sur le TPV [terminal point de vente]. Dans le stationnement, elle va être abordée par des complices qui vont ouvrir une carte et demander leur chemin. Pendant ce temps-là, il y a un complice qui fouille dans la sacoche, qui est toujours dans le panier. Dans les minutes qui suivent, ils retirent le maximum d’argent dans le compte.» Comment protéger son NIP? Couvrez le clavier avec votre main quand vous êtes à la caisse ou au guichet. Et idéalement, créez une suite difficile à deviner. Le vôtre ressemble à 54321, 22233 ou 56565? Vaut mieux le changer...