Coiteux veut un modèle de réglementation des pitbulls pour tout le Québec

Même si les différentes villes adoptent leurs règles propres contre les chiens dangereux, le ministre Martin Coiteux veut un seul modèle pour tout le Québec.
«Les villes font ce qu'elles croient qu'elles doivent faire et c'est très bien ainsi», a commenté le ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique, jeudi. «Nous, on veut travailler ensemble pour que tout le monde converge vers un modèle approprié pour l'ensemble du Québec, mais en tenant compte de la spécificité du milieu. Ce n'est pas la même chose en zone urbaine et rurale.»
Le groupe de travail mis sur pied la semaine dernière pour se pencher sur la question des chiens dangereux s'est réuni pour la première fois jeudi. Le ministre Coiteux veut des recommandations fin août pour pouvoir agir dès l'automne.
«Actuellement, les municipalités agissent en fonction de ce qu'elles croient être les meilleures approches, a déclaré M. Coiteux. Mais on va travailler tous ensemble pour que, du choc des idées, confrontés à des données scientifiques, on puisse proposer la meilleure approche.»
Les expériences vécues ailleurs dans le monde et dans les différentes villes du Québec enrichiront la réflexion du groupe de travail composé de représentant des Affaires municipales, de l'Agriculture, de l'Union des municipalités du Québec, de la Fédération québécoise des municipalités et de l'Ordre des vétérinaires du Québec.
«Les villes ont des responsabilités à assumer, a dit M. Coiteux. Les citoyens demandent des gestes, mais on ne veut pas l'improviser. On va convenir des meilleures façons de procéder dans notre contexte.»
Le geste gouvernemental sera «significatif», promet le ministre. «Il faut qu'on discute de la problématique des chiens dangereux, souligne M. Coiteux. Le pitbull est un chien hyper dangereux, et il ne faut pas l'échapper. Mais il y a d'autres chiens qui peuvent être potentiellement dangereux. Tant qu'à bouger, bougeons de la bonne façon.»