Le Soleil
Audrey Gagnon, en avril 2018
Audrey Gagnon, en avril 2018

Cinq jours avant le drame, la Maison Marie-Rollet ne considérait pas Audrey Gagnon comme un risque pour son enfant

Normand Provencher
Normand Provencher
Le Soleil
Le comportement d’Audrey Gagnon avec les intervenantes de la Maison Marie-Rollet, et ses habitudes de consommation de drogue dans les semaines précédant le meurtre de sa fillette Rosalie, ont été scrutés à la loupe, mardi, au deuxième jour de l’enquête publique du coroner visant à faire la lumière sur les causes et les circonstances du drame, survenu le 18 avril 2018.