Le cimetière musulman prendra place dans Sainte-Foy, tout juste à côté du cimetière Belmont. Il sera relié à la rue Frank-Carrel par un chemin d'accès dont la construction débutera dans les prochaines semaines.

Cimetière musulman: «un sentiment de soulagement», disent des fidèles

«C'est un sentiment de soulagement» qui a été ressenti chez les fidèles du Centre culturel islamique de Québec lorsque l'annonce confirmant la création d'un cimetière musulman dans la capitale est tombée, vendredi.
«J'ai senti un soulagement par rapport à la fin de toute cette problématique-là, du cimetière. On n'en avait pas et on se demandait comment on allait faire», explique le secrétaire général du centre, Mahedine Djamaï. Rencontré devant les locaux du chemin Sainte-Foy, après la prière de 17h, où quelques membres s'étaient réunis. 
Les fidèles étaient plutôt discrets dans leurs commentaires lors du passage du Soleil en fin de journée. M. Djamaï a bien accepté de témoigner de sa perception générale des réactions. La nouvelle a été communiquée à la prière du midi, après la conférence de presse tenue à l'hôtel de ville de Québec en avant-midi.  
«C'est surtout les personnes âgées qui se posaient la question de comment ils allaient faire», explique le secrétaire général. «Aujourd'hui, on a des personnes qui sont là depuis 60 ans. Ils arrivent à un terme où ils ont des enfants, des enfants qui n'ont pratiquement plus de liens avec leur pays d'origine», poursuit-il. 
C'est un soulagement de savoir qu'ils auront l'option d'être enterrés à Québec où vivent leurs enfants, selon lui. «Maintenant qu'on aura un cimetière à Québec, c'est vraiment un soulagement», a répété M. Djamaï, qui soutient que le centre culturel pourra mettre ses énergies ailleurs, notamment dans l'agrandissement de ses installations. 
Au moment de l'entretien, un citoyen venait de s'arrêter devant le centre pour témoigner personnellement de sa joie. Selon M. Djamaï, la communauté a d'ailleurs reçu plusieurs messages d'appui, vendredi. Il ne craint pas non plus que l'annonce de l'aménagement d'un cimetière musulman, un sujet qui a causé moult débats, n'entraîne une recrudescence de messages haineux à l'endroit des musulmans. 
«Peut-être pendant le buzz médiatique», suppose-t-il. «Mais après, après les années, ce sera quelque chose de normal que les musulmans aient leur cimetière [...]. Je ne pense pas que ça va rester quelque chose de médiatique. On n'est pas si nombreux, au niveau du cimetière, ça va correspondre à quoi? Cinq personnes par an? C'est pas énorme.» 
Un colis haineux a été livré à la mosquée de Québec deux jours avant la tenue du référendum à Saint-Apollinaire. Six mois après l'attentat meurtrier du 29 janvier, le président du centre culturel disait dans nos pages toujours recevoir des lettres d'insultes.