LM Windpower, de Gaspé, voit sa capacité concurrentielle affectée par la nécessité de transporter toutes ses pales par camion à New Richmond, afin d’atteindre la partie fonctionnelle du chemin de fer.

Chemin de fer: Legault rencontrera les élus de la Gaspésie

CARLETON – Le premier ministre québécois François Legault accepte de rencontrer des Gaspésiens soucieux de le convaincre de réduire significativement le délai de réfection du tronçon ferroviaire Matapédia-Gaspé. M. Legault a indiqué le 25 avril qu’il faudrait sept ans pour réparer cette voie.

Depuis deux semaines, ce délai a été unanimement jugé bien trop long par les acteurs socio-économiques de la région. Ils rappellent notamment que le Réseau express métropolitain de Montréal, un projet de 6,3 milliards $, sera réalisé en trois ans et quart.

Ils se demandent conséquemment pourquoi la réfection d’un tronçon existant déjà, et pour lequel 100 millions $ ont été budgétés le 5 mai 2017, prendra sept ans puisqu’elle est amorcée, assez lentement toutefois, depuis 2017.

«J’ai reçu un appel du bureau du premier ministre Legault. Ils [son entourage et le premier] vont rencontrer des représentants du milieu ferroviaire gaspésien. Ils ne veulent pas 12 personnes, mais sûrement Éric Dubé, président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, le directeur général [Luc Lévesque], les préfets, le maire de Gaspé [Daniel Côté]. Il reste à définir la date. J’espère que ce sera avant la fin de juin», précise le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy.

L’appel du bureau de François Legault est survenu jeudi, quelques heures à peine après un point de presse tenu à l’Assemblée nationale par le député Roy et son collègue de Rimouski, Harold Lebel. Ils réclamaient cette rencontre, en leur nom et au nom d’élus municipaux gaspésiens.

Ce tronçon ferroviaire est fonctionnel sur seulement 126 de ses 325 kilomètres, mais l’essentiel de la croissance de son trafic est situé sur la partie Caplan-Gaspé, 199 kilomètres de voie mise en dormance en 2015 par le gouvernement libéral précédent.

Depuis la fin de 2016, les pales de LM Wind Power à Gaspé doivent être acheminées par camion vers New Richmond pour être transbordées sur des wagons. Le ciment de Port-Daniel transite aussi depuis juillet 2017 par camion sur une distance importante pour rejoindre le chemin de fer à New Richmond et Nouvelle. De plus, d’importantes quantités de ciment et d’intrants restent sur des camions en raison des frais de rupture de charge route-rail. Le rail en dormance passe dans le complexe de Ciment McInnis.

«Les préfets, les élus municipaux gaspésiens, des élus de l’Assemblée nationale revendiquent un délai de réfection plus court du premier ministre Legault et du ministre des Transports François Bonnardel. Sept ans, c’est beaucoup trop long. C’est presque deux mandats. C’est un échéancier électoral», précise le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy.

Leurre

Le premier ministre Legault a indiqué le 25 avril que la réfection du chemin de fer créerait 170 «bons emplois payants» pendant sept ans, un argument que Sylvain Roy qualifie de leurre.

«Les emplois que nous allons perdre parce que les entreprises ne viendront pas s’implanter ici vont être supérieurs aux emplois reliés à la [réfection] du rail […] C’est sans compter l’usure prématurée du réseau routier venant du passage des camions parce que le rail n’est pas fonctionnel sur une grande partie du tronçon», ajoute M. Roy.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, affirmait récemment que l’absence de services ferroviaires depuis 2015 à l’est de Caplan mine aussi la capacité concurrentielle des compagnies comme LM Wind Power, en raison de frais de transport plus élevés par camion, notamment pour cette firme. Chaque pale requiert cinq véhicules entre Gaspé et New Richmond. Les pales de LM, qui emploie 500 personnes, sont exportées au Texas.

M. Côté croit que « les techniques de réfection existent pour ramener le train à Gaspé en 2022 ».

Le député péquiste de Rimouski, Harold Lebel, appuie son collègue de Bonaventure. «C’est assez spécial pareil; sept ans pour le train, on nous a dit sept ans pour l’Internet haute vitesse, on a eu 10 ans pour ramener des fonctionnaires en région. Coudonc, ils veulent-tu que les gens se mettent sur les blocs pendant les prochaines années?»

La Société du chemin de fer de la Gaspésie, une entité sous contrôle municipal, est l’exploitant des trains de marchandises entre Matapédia et Caplan. L’achalandage y a presque triplé entre 2015 et 2018 passant de 1624 à 4323 wagons par an. Cette croissance sera toutefois ralentie si les travaux de réfection ne sont pas accélérés.

Le chemin de fer Matapédia-Gaspé appartient au ministère des Transports du Québec. Des 100 millions $ annoncés en 2017 pour sa réfection, 15 millions $ ont été dépensés, majoritairement en études.