Le Dr Gustave Beaudet a cofondé, en 1921, la première compagnie d'autobus de Charlesbourg.

Charlesbourg et ses secrets

Politique d'avant...L'homme d'affaires Jacques-Ferdinand Verret, connu surtout pour son journal intime qui a énormément éclairé les historiens sur la vie à Charlesbourg, a été attiré vers la politique par le Dr Gustave Beaudet pour se présenter contre le maire de l'époque. Malheureusement, il a perdu ses élections, et même le Dr Beaudet avait admis qu'il n'avait pas voté pour lui.
Politique d'aujourd'hui...
Le ministre actuel de l'Éducation, François Blais, est aussi député de Charlesbourg. La circonscription a vu passer un grand nombre de députés qui ont occupé des postes-clés, comme Denis de Belleval, ministre de la Fonction publique et des Transports sous René Lévesque, et Marc-Yvan Côté, ministre de la Santé et des Transports sous Robert Bourassa. 
Incendie à Orsainville
L'hôtel de ville de la municipalité d'Orsainville, qui s'appelait Charlesbourg avant de se détacher en 1953 et de se rattacher finalement en 1976, a été complètement détruit dans un important incendie en 1964.
Refuge rural
Au XIXe siècle, la ville de Québec n'était pas particulièrement reconnue pour sa salubrité. «Il y avait un certain bureau d'hygiène, instauré par le gouverneur, dans le temps», mais cela n'empêchait pas les gens de jeter leurs pots de chambre par les fenêtres», raconte Ruth Giroux Allaire, bénévole à la Société historique de Charlesbourg. Lieu d'agriculture, Charlesbourg est également devenue, à l'époque, un lieu de villégiature pour les gens de la ville, venus fuir les rues insalubres et les épidémies de la ville en s'aventurant dans les hautes terres. Les agriculteurs louaient alors leur résidence à ces vacanciers de passage, ce qui leur assurait un revenu d'appoint pendant l'été. La tradition est demeurée jusque dans la première moitié du XXe siècle.
Des ours meurtriers
Le Jardin zoologique du Québec a ouvert ses portes en 1931, sur les terrains d'une ferme expérimentale. Non sans danger, le zoo a fait une victime dans les années 30. En visite, le Dr Joseph Germain est dévoré par les ours polaires alors qu'il les nourrissait. Ses enfants ont été témoins de la scène. La tragédie frappe encore en 1952, lorsque Jean-Paul Bédard, gardien des mammifères, se fait dévorer à son tour. Ces événements n'ont toutefois pas refroidi l'intérêt des visiteurs. En 1997, le zoo a accueilli son 15 millionième visiteur. Après deux années de fermeture pour des rénovations, le Jardin rouvre ses portes en 2002, adoptant une nouvelle orientation plus axée sur les jardins et les oiseaux. L'idée n'a pas eu l'effet escompté, et le zoo mettra la clé sous la porte en 2005.
Premiers autobus
Le Dr Gustave Beaudet a fondé, en 1921, avec son associé Georges-Omer Paradis, la première compagnie d'autobus de Charlesbourg. L'hiver, l'autobus cédait sa place à une voiture tirée par des chevaux. Les hommes, galants, sortaient de la voiture et cédaient leur place aux femmes lors des montées, afin de faciliter le travail des chevaux. Dès 1929, l'autobus pouvait circuler toute l'année. La compagnie a finalement été rachetée en 1971 par la Commission de transport de la communauté urbaine de Québec. 
Meunier, tu dors...
La gestion de l'eau a causé bien des complications à Charlesbourg. Après avoir dû détourner deux rivières pour s'assurer un débit suffisant au fonctionnement du moulin, Charlesbourg s'est fait «voler» son eau, à la fin du XVIIIe siècle, par Limoilou, qui s'appelait alors Hedleyville. Pour s'approvisionner, les habitants de Limoilou ont détourné l'eau de la rivière de la Cabane-aux-Taupiers. Le moulin a eu tôt fait de manquer d'eau. Un procès a eu lieu, remporté par le meunier. «Mais comme le meunier n'avait pas d'argent pour payer l'avocat, c'est Hedleyville qui a payé... et qui a pris le moulin», raconte Ruth Giroux Allaire, bénévole depuis 21 ans à la Société historique de Charlesbourg.
Pour visiter le Trait-Carré
Commencez votre visite à l'église Saint-Charles-Borromée, en plein centre du Trait-Carré. Devant vous, le presbytère d'inspiration Second Empire date de 1876. Plus loin dans la même rue, vous verrez le couvent des Soeurs du Bon-Pasteur, un ancien pensionnat pour jeunes filles construit en 1883. Le collège des garçons se trouve plutôt derrière l'église. Le collège des Frères maristes, construit en 1904, abrite aujourd'hui la bibliothèque de Charlesbourg. Dans l'auditorium de la bibliothèque, vous pouvez assister à des projections de films, à des spectacles et à des pièces de théâtre. Près du collège, le chemin Samuel vous mène à la maison Ephraïm-Bédard, qui loge la Société historique de Charlesbourg, qui peut répondre à toutes vos questions sur l'histoire de l'arrondissement. À l'extrémité, sur le boulevard Henri-Bourassa, vous pourrez visiter le Moulin des Jésuites, où sont présentés des expositions et des concerts, en plus d'être un centre d'information et d'interprétation historique. De retour à l'église, traversez le parc du Sacré-Coeur, aménagé à l'endroit du premier cimetière. Un petit creux pendant votre visite? Vous pouvez vous arrêter notamment au Fournil du Trait-Carré, construit dans une maison centenaire, ou aux Chocolats Favoris pour satisfaire votre envie de sucre.