Changement de parcours chanceux au défilé de la Saint-Patrick

Le changement de parcours du défilé de la Saint-Patrick a souri à ses organisateurs, qui affirment sans hésitation que la septième parade, tenue samedi, a été de loin la plus populaire du désormais traditionnel événement.
<p>Parcours du défilé</p>
Vrai que les fêtards étaient nombreux aux abords de la Grande Allée, principale artère du nouveau trajet proposé pour le défilé de la Saint-Patrick. La marche était auparavant concentrée sur la rue Saint-Jean et traversait l'avenue Honoré-Mercier, ce qui causait de trop nombreux arrêts au goût de l'organisation.
L'homme le plus heureux de la parade était sans contredit Stephen Burke, qui préside l'activité. «C'est extraordinaire. En anglais, il y a une expression qui dit "the luck of the Irish". C'est ça, la chance des Irlandais. C'est d'avoir tout ce beau monde-là qui nous disent qu'ils sont contents qu'on soit là!» a-t-il dit tout en saluant la foule, lorsque croisé par Le Soleil dans la parade.
«Je pense qu'on va atteindre les [30 000 à 40 000] personnes», a-t-il ensuite estimé, saluant de nouveau la réponse du public et des autorités municipales. «C'est merveilleux que, depuis sept ans, on reconnaisse cette espèce d'empreinte irlandaise dans notre ville.»
La Ville de Québec, le maire Régis Labeaume en tête, est selon lui l'une des grandes raisons de la montée en popularité du défilé de la Saint-Patrick. L'administration municipale injectait cette année 100 000 $ pour la parade, en services et en aide financière
Achalandage
Parlant du maire, ce dernier a lui aussi remarqué une importante hausse de l'achalandage cette année. «[Le nouveau parcours], ç'a tout changé», a-t-il dit au terme de sa marche de deux heures, où il a été de loin le politicien le plus en demande pour des selfies et autres photos souvenir. «La Grande Allée, c'est un naturel. Il y avait vraiment beaucoup plus de monde, j'en revenais pas. On est mieux avec ce trajet-là», a-t-il commenté.
Le maire de Québec a promis une fête encore plus grandiose l'an prochain. «On prépare quelque chose de spécial pour le 150e [anniversaire de la Confédération]. On va vous revenir là-dessus», a-t-il affirmé, sans donner de détails.
La foule a notamment pu admirer et entendre les notes des services de police de Chicago et New York, samedi. En l'absence des policiers de Boston, retenus par leur propre fête dans le Massachusetts, le service des incendies de Toronto a pris la relève cette année.
Les libéraux muets sur l'UPAC
Le Parti libéral du Québec (PLQ) était de loin la formation politique la mieux représentée au septième défilé de la Saint-Patrick, samedi. Le premier ministre Philippe Couillard en tête, près d'une dizaine d'élus du gouvernement ont marché dans la capitale pour souligner la grande fête des Irlandais. 
Deux jours après les arrestations d'anciens dirigeants et élus du PLQ par l'Unité permanente anticorruption, dont l'ancienne vice-première ministre libérale Nathalie Normandeau, M. Couillard a balayé du revers de la main les questions portant sur ce sujet. Il s'est contenté de saluer «l'apport de la culture irlandaise à l'histoire et à la société québécoises». 
François Blais, Sébastien Proulx, Patrick Huot, André Drolet, Raymond Bernier et Véronyque Tremblay étaient tous présents, mais aucun n'était disposé à commenter. Une représentante du PLQ a spécifié que seules des prises d'images étaient possibles samedi. La majorité du contingent libéral a quitté les lieux à mi-parcours.