Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne espère amorcer la prochaine année avec une visite à Washington, après l'assermentation de Joe Biden, afin de faire connaissance avec Antony Blinken, que le président désigné a choisi pour devenir secrétaire d'État.
Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne espère amorcer la prochaine année avec une visite à Washington, après l'assermentation de Joe Biden, afin de faire connaissance avec Antony Blinken, que le président désigné a choisi pour devenir secrétaire d'État.

Champagne a hâte de travailler avec l'administration Biden sur la COVID et le climat

La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
OTTAWA - Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, croit que la nouvelle administration à Washington aidera à stabiliser l'ordre mondial, et donnera à l'Amérique du Nord une bonne chance de vaincre la COVID-19 et de lutter contre le changement climatique.

M. Champagne, qui a effectué plusieurs déplacements officiels à l'étranger en cette année de pandémie, espère amorcer la prochaine année avec une visite à Washington, après l'assermentation de Joe Biden, afin de faire connaissance avec Antony Blinken, que le président désigné a choisi pour devenir secrétaire d'État.

En entrevue de fin d'année avec La Presse Canadienne, mercredi à Ottawa, le ministre Champagne a prévenu que la nouvelle administration démocrate ne signifiera pas pour autant la fin du protectionnisme aux États-Unis, une posture qui alimente les relations canado-américaines depuis plus d'un siècle.

Mais le ministre rappelle que M. Biden lui-même, sa vice-présidente Kamala Harris, qui a fait ses études secondaires à Montréal, et M. Blinken connaissent tous très bien le Canada.

Antony Blinken - qui parle très bien français, par ailleurs - jouera un rôle clé dans la réalisation de la promesse de M. Biden de renouer avec le reste du monde. Le président Donald Trump n'était pas un fervent partisan du multilatéralisme et des organisations internationales.

Dès que la pandémie le permettra, M. Champagne veut rappeler personnellement au secrétaire d'État Blinken que le Canada souhaite travailler en étroite collaboration avec son plus proche allié et ami de toujours.