Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le bâtiment placardé du 2907, chemin Sainte-Foy, tout près de l'autoroute Henri-IV
Le bâtiment placardé du 2907, chemin Sainte-Foy, tout près de l'autoroute Henri-IV

Cet immeuble abandonné du chemin Sainte-Foy, ils vont en faire quoi?

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CES BÂTIMENTS NÉGLIGÉS / Petit article à classer dans la catégorie «Cet immeuble abandonné, ils vont en faire quoi?» Aujourd’hui : le bâtiment placardé du 2907, chemin Sainte-Foy, tout près de l'autoroute Henri-IV. Sera-t-il démoli?

«Oui», répond au Soleil l’entrepreneur Tarik Amine, un des associés de l’entreprise propriétaire depuis fin 2017. «Le bâtiment doit être détruit.»

L’échéancier des travaux n’est pas encore établi. Mais il est acquis que les ouvriers attendront au moins jusqu’au printemps avant de s’attaquer au chantier. «En principe, on ne tardera pas.»

Il reste cependant des négociations à mener avec la Ville afin de dessiner le futur immeuble qui remplacera la maison mal en point construite en 1913.

Voilà plus de deux ans que M. Amine travaille sur ce dossier. Il avait d’ailleurs conclu une entente avec la Ville en 2018 afin d’acquérir le lot vacant voisin, propriété de la municipalité, pour 180 000 $; il s’agit du terrain longeant l'autoroute Henri-IV. 

Le bâtiment placardé du 2907, chemin Sainte-Foy, tout près de l'autoroute Henri-IV

Avec cet achat, le promoteur aurait pu construire plus gros, ce qui réjouissait la Ville : «La vente au propriétaire voisin et l’unification des 2 lots permettra un projet plus structurant en conformité avec les orientations de la gestion du territoire de l’arrondissement», lit-on dans un document officiel.

Sauf que des vérifications effectuées auprès des services municipaux eux-mêmes ont permis de constater que le promoteur immobilier n’avait pas le droit d’ériger un bâtiment sur le lot cédé par la Ville... Les autorités conviennent que cet interdit «rend difficile l’élaboration d’un projet d’habitation». Tarik Amine et ses associés l’achètent néanmoins pour 60 000 $. Ils en feront peut-être un stationnement pour son futur immeuble à planter sur l’autre lot, celui occupé par la maison abandonnée. «On va utiliser les deux terrains.»

Que prévoit-il? «On a des restrictions au niveau du zonage pas mal.» L’immeuble pourrait compter trois étages. Reste à voir s’il y aura un commerce au rez-de-chaussée.

M. Amine a déjà construit dans le quartier. Il a réalisé le 836, avenue du Chanoine-Scott, un bloc avec stationnement intérieur.