Il est trop tôt pour connaître l’étendue des dégâts. On saura plus tard si certaines résidences sont considérées comme une perte totale et si d’autres peuvent être réhabilités avec quelques travaux correctifs.
Il est trop tôt pour connaître l’étendue des dégâts. On saura plus tard si certaines résidences sont considérées comme une perte totale et si d’autres peuvent être réhabilités avec quelques travaux correctifs.

«C'est beaucoup plus difficile qu'on pensait», dit Labeaume

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Le maire de Québec voit les prochains jours comme une «véritable course contre la montre» pour défaire l’embâcle avec les risques de précipitations annoncés en fin de semaine. Mais les difficultés rencontrées rendent difficile le respect de l’échéance.