Les douanes à l'aéroport Pierre-Elliot-Trudeau à Montréal

Centre de prédédouanement: l'aéroport se réjouit des récents progrès

L'aéroport de Québec se réjouit de l'adoption par le Congrès et le Sénat des États-Unis d'une loi autorisant l'accroissement des activités de prédédouanement au Canada. Le dossier a été réglé à Washington la fin de semaine dernière.
Quand le gouvernement Trudeau aura adopté l'équivalent canadien, il n'y aura plus d'obstacle législatif à l'établissement d'un centre de prédédouanement à l'aéroport de Québec. L'aéroport Billy Bishop de Toronto ainsi que les gares de Montréal et de Vancouver ont aussi été choisies dans l'entente bilatérale.
«Pour nous, c'est une excellente nouvelle», a indiqué Mathieu Claise, directeur des communications d'Aéroport de Québec inc. Le changement de gouvernement américain, de démocrate à républicain, faisait craindre un embourbement législatif ou un changement de priorités. M. Claise affirme n'avoir «aucune inquiétude» sur les intentions du Canada. 
Le projet de loi C-23 a franchi l'étape de la première lecture en juin, mais stagne depuis. Il reste aussi à négocier des détails financiers, l'aéroport de Québec refusant notamment d'assumer les salaires des douaniers américains qui inspecteront bagages et passagers à partir de la capitale.