Ce n'est pas vrai que des millions de kilos de viande de rat ont été vendus comme ailes de poulet aux États-Unis.

Ce n'est pas arrivé cette semaine

NEW YORK — Vérification faite par l’Associated Press, et contrairement à ce que vous pouvez avoir lu ou entendu ailleurs, voici quelques-uns des événements les plus extraordinaires qui ne se sont pas produits cette semaine...

FAUX 

Un restaurant américain a obtenu la permission de vendre la viande de chien

EN FAIT

Un faux article qui circule depuis longtemps au sujet d’un restaurant californien qui proposerait de la chair canine au menu offre cette fois une variante: les ventes vont de l’avant pendant qu’un tribunal se demande si la vente de plats de chien est protégée aux États-Unis par la liberté de religion. Mais le département de la santé publique du comté de Los Angeles dit que le restaurant Puchow de Manila Eatery and Fine Dining n’existe pas, en plus de noter qu’il est illégal dans cet État de vendre de la viande de chien pour la consommation humaine. La version la plus récente de l’histoire, qui circule depuis au moins 2014, allègue qu’un «groupe philippin» anonyme a demandé à une Cour suprême quelconque de lever l’interdiction parce qu’elle violait les droits religieux des membres. L’article du site grandemeli indiquait qu’en attendant, le restaurant avait une «autorisation provisoire» pour servir la viande. Le site n’a pas pu être joint pour commentaires, car il n’a publié aucune information de contact et a enregistré la page via un service tiers.

FAUX

Des millions de kilos de viande de rat vendus comme ailes de poulet aux États-Unis

EN FAIT

La Food and Drug Administration des États-Unis n’a pas averti les consommateurs qu’un million de livres de viande de rat étaient vendues comme des ailes de poulet désossées. La FDA a ajouté que les autorités n’ont saisi aucune viande de ce type au port de San Francisco. De telles allégations circulent sur les médias sociaux depuis plus d’un an. La dernière version est apparue sur le site de la Gun Society. Dans un courriel cette semaine, le porte-parole de la FDA, Peter Cassell, a déclaré que l’histoire n’était pas vraie. Bien que l’histoire ait été publiée dans le passé en tant que satire, le site de la Gun Society ne l’a pas présentée de cette façon et n’a pas offert de coordonnées de contact pour une réponse.

FAUX

Un procureur américain a annoncé qu’il poursuivra l’ancien président Barack Obama pour trahison

EN FAIT

Un site Web recycle une histoire inexacte qui prétend qu’un fonctionnaire de la police fédérale américaine (le FBI) a annoncé qu’il enquêtait sur l’ancien président Barack Obama pour trahison. La dernière version de l’histoire est apparue sur le site webviners. Il est allégué que le procureur fédéral Dana Boente poursuivra de telles accusations, mais M. Boente n’a rien annoncé de tel. En outre, la pièce l’a incorrectement identifié comme «le procureur de district des États-Unis». L’article a également commis une erreur en affirmant que M. Obama avait rétrogradé M. Boente à un moment indéterminé pendant son administration, le chassant du poste de second au procureur général, et que le président Donald Trump avait infirmé cette décision. M. Obama a nommé M. Boente en 2015 pour diriger les poursuites fédérales dans le district de l’est de la Virginie, et M. Boente a occupé ce poste jusqu’à la fin du mandat de M. Obama. Après l’entrée en fonction de M. Trump en janvier 2017, le nouveau président a amené M. Boente au département de la Justice à Washington, où il a occupé plusieurs postes de haut niveau. Il a officiellement quitté le travail du procureur en Virginie en octobre. Les administrateurs du site webviners n’ont pas pu être contactés pour commenter.