Environ 200 voitures ont été impliquées dans un carambolage qui s’est étendu sur quatre kilomètres, à la hauteur de Val-Alain, le 2 février dernier.

Carambolage sur l’autoroute 20: Bonnardel exige des amendes plus salées

Des camions de déneigement qui sortent trop tard. Le ministère des Transports qui manque de patrouilleurs routiers. Des individus qui communiquent mal entre eux. Voilà ce qui a mené au méga carambolage du 2 février dernier sur l’autoroute 20 dans Lotbinière, selon un rapport d’enquête. Le ministre des Transports François Bonnardel exige des amendes plus salées pour les sous-traitants et davantage de patrouilleurs sur le réseau.

Dévoilé mercredi, ce rapport pointe plusieurs causes expliquant qu’environ 200 voitures aient été impliquées dans un carambolage qui s’est étendu sur quatre kilomètres, à la hauteur de Val-Alain. Au total, 70 véhicules ont été accidentés, et 17 personnes ont été blessées, dont deux gravement. «On a été chanceux qu’il n’y ait pas eu de décès. […] On aurait dû réagir beaucoup plus rapidement», soutient M. Bonnardel.

L’enquête cible d’abord l’entreprise Transports Mario Giguère, qui est chargée depuis 2014 de déneiger et de déglacer ce tronçon d’autoroute situé entre Val-Alain et la route Lagueux, à Lévis. Ses camions ne sont pas sortis avant 11h24 ce jour-là et n’ont jamais pu entretenir la chaussée, car le premier accident est survenu vers 11h30. 

Les entreprises qui entretiennent les tronçons d’autoroute voisins, à Lévis et à Victoriaville, ont quant à elles envoyé leurs camions au travail avant 9h15, alors que de la poudrerie s’abattait sur la région. 

Le document indique également que Transports Mario Giguère a cumulé au fil des ans plusieurs manquements, même si ses résultats globaux étaient considérés «satisfaisants» par le ministère. Ces cinq dernières années, l’entreprise a reçu 30 avertissements verbaux et neuf retenues (ou amendes), totalisant 65 391 $, alors que l’ensemble de ses contrats avec le ministère des Transports vaut 19 millions $.  

En conférence de presse, le ministre Bonnardel a annoncé que dorénavant, ces amendes seront basées sur un pourcentage du coût du contrat, au lieu d’être calculées par kilomètre de chaussée mal entretenue. «C’est plus dissuasif que ce qu’on avait», a souligné la sous-ministre Anne-Marie Leclerc. Notons que Transports Mario Giguère a décidé de se retirer du contrat pour déneiger cette section de l’autoroute 20 l’hiver prochain. 

Deux patrouilleurs

Le rapport déplore également qu’un seul patrouilleur du ministère des Transports ait été en service pour cette portion d’autoroute en ce samedi 2 février. Celui-ci devait venir en aide à de nombreux automobilistes, ce qui l’empêchait de surveiller la qualité du déneigement. 

Le ministre Bonnardel a pris l’engagement que l’hiver prochain, il y aura toujours deux patrouilleurs du ministère des Transports au lieu d’un seul sur chaque section d’autoroute lorsque les conditions routières s’annoncent pénibles. Ainsi, l’un pourra venir en aide aux automobilistes et l’autre, surveiller l’état de la chaussée. Il s’est dit prêt à embaucher davantage de personnel s’il le faut. 

Communication déficiente

L’enquête indique également que certains employés du ministère des Transports et du Centre intégré de la gestion de la circulation ont appris l’existence du carambolage en écoutant les nouvelles à la radio, au lieu d’obtenir l’information à l’interne. «Le canal de communication est déficient», déplore M. Bonnardel, qui demande à ses fonctionnaires de «faire mieux». 

Le ministre demande à la Société de l’assurance automobile du Québec de faire davantage de campagnes de prévention auprès des automobilistes l’hiver prochain, afin qu’ils réduisent leur vitesse et gardent une bonne distance avec les autres véhicules.