Les cours de conduite doivent être bonifiés en vue de la légalisation du cannabis, estiment les propriétaires d'écoles de conduite

Cannabis: des propriétaires d'écoles de conduite veulent ajouter de la formation

QUÉBEC — Les cours de conduite doivent être bonifiés en vue de la légalisation du cannabis, croit un regroupement d'une dizaine de propriétaires d'écoles de conduite.

Le regroupement coopératif ConduiPro estime que les jeunes doivent être amenés à mieux comprendre les effets de la drogue sur leur conduite. De passage à l'Assemblée nationale mardi, son directeur général, Réjean Blais, a demandé l'ajout de quatre heures de formation au programme régulier.

Déjà, deux heures sont consacrées à la sensibilisation des jeunes aux effets de l'alcool, de la drogue et des médicaments. Mais ce n'est pas suffisant, a-t-il dit.

Il a présenté un sondage réalisé en mars par la firme Ipsos auprès de 1001 Canadiens, qui suggère que 71 pour cent des répondants pensent que la légalisation du cannabis fera augmenter le nombre d'accidents impliquant les 18 à 24 ans.

M. Blais souhaite intégrer des lunettes virtuelles aux cours de conduite, qui simuleraient la conduite avec les facultés affaiblies par le cannabis.

«Ça peut être un élément qui peut nous aider énormément, qui est vraiment de plus en plus à point, a-t-il affirmé en point de presse. La lunette virtuelle t'amène dans un monde où l'aspect conduite avec des réactions peut être mesuré plus efficacement.»

Il a demandé, mardi, une rencontre avec le ministre des Transports, André Fortin, afin de discuter entre autres du financement possible d'études par le gouvernement visant à améliorer les méthodes d'enseignement des cours de conduite.

Le gouvernement provincial favorable

Plus tard dans la journée, la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, qui est responsable du dossier du cannabis, a répondu que le gouvernement est plutôt favorable à l'idée de bonifier les cours de conduite.

«C'est la première fois que j'en entends parler d'une part, parce que je n'ai pas eu de mémoire à cet effet-là en commission parlementaire, (...) mais on est en train de tout regarder ça», a-t-elle indiqué lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale.

Le 22 mars dernier, le Sénat canadien a adopté le projet de loi du gouvernement fédéral sur la légalisation de la marijuana. Le projet de loi C-45 doit encore être étudié en détail par cinq comités du Sénat avant de revenir à la Chambre haute pour la troisième et dernière lecture, le 7 juin.

Le Québec adoptera quant à lui sa propre loi pour encadrer l'usage du cannabis. Le projet de loi 157, piloté par Mme Charlebois, est présentement à l'étape de l'étude détaillée.