La campagne 2017 «Le cannabis allonge le temps de réaction» de la SAAQ vise à sensibiliser les conducteurs sur les effets néfastes du cannabis sur la conduite, en particulier sur le temps de réaction qui est plus long.

Campagne québécoise contre le cannabis au volant

Les effets que peut avoir le cannabis sur le cerveau d'un conducteur d'automobile incitent la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) à lancer, mardi, une campagne de sensibilisation sur les effets du cannabis au volant.
Cette campagne s'adresse aux conducteurs âgés de 18 à 44 ans en mettant l'accent sur ceux ayant entre 18 et 24 ans. Elle se déroulera jusqu'au 14 mai, principalement à la télévision et sur différentes plateformes numériques comme Facebook, YouTube et Spotify.
Il ne fait aucun doute pour le ministre québécois des Transports, Laurent Lessard, que le cannabis produit des effets qui nuisent à la capacité de conduire. La campagne de la SAAQ cherche donc à assurer que le réseau routier soit sécuritaire pour les usagers.
La SAAQ signale que de 2011 à 2015, 18 pour cent des conducteurs décédés avaient du cannabis dans le sang. Durant la même période, la présence de cannabis dans le sang a été constatée chez 30 pour cent des conducteurs âgés de 16 à 24 ans décédés dans un accident de la route au Québec.
D'après Nathalie Tremblay, présidente et chef de la direction de la SAAQ, plusieurs études indiquent que la consommation de drogues affecte les fonctions cognitives et motrices nécessaires à la conduite sécuritaire d'un véhicule.
La capacité de conduite affaiblie par la drogue est une infraction criminelle. Les sanctions peuvent inclure une amende, la perte du permis de conduire et l'emprisonnement.