Le «burkini» permet aux femmes de se baigner sans dévoiler leur corps.

Burkini: le Centre islamique de Québec blâme Labeaume

Avant d'émettre des opinions personnelles sur le burkini, le maire de Québec aurait dû s'informer davantage, estiment les responsables du Centre culturel islamique de Québec.
Régis Labeaume est bien connu pour son style direct, mais sur cette question, il a étalé son opinion personnelle, juge le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ).
«On aurait bien aimé qu'en tant que maire, il se documente plus avant d'évoquer une telle opinion», affirme Souheila Djaffer.
Mme Djaffer, que Le Soleil a interrogée mardi à titre personnel, est aussi porte-parole du CCIQ. Mercredi, elle était mandatée pour livrer la position officielle du Centre culturel. Ses représentants se disent même ouverts à rencontrer le maire pour discuter de la question.
«On sait que M. Labeaume est sociologue de formation. J'imagine qu'il a une certaine ouverture vis-à-vis de ça.» Mais autrement, ajoute-t-elle, «on ne veut pas embarquer dans ce débat stérile parce que ça ne vaut même pas la peine».
Pour le Centre, il ne devrait même pas y avoir de polémique. Il s'agit d'une simple question de règlement à la suite de la demande d'une mère musulmane qui voulait suivre un cours avec son enfant à la piscine Lucien-Borne. Les responsables du service des loisirs qui ont autorisé le port du maillot islamique dans les piscines de l'arrondissement La Cité-Limoilou sont «les mieux placés» pour prendre la décision. «Ils ont fait leur travail.»
«C'est une citoyenne qui a fait une demande. Au-delà du fait qu'elle soit musulmane, il ne faut pas embarquer dans le débat de mettre tout le monde dans le même paquet.» Et c'est exactement ce que fait le maire, déplore la porte-parole, qui rappelle qu'«il y a beaucoup de femmes qui portent le burkini par choix».
La Ville de Québec a reçu «plusieurs plaintes encore aujourd'hui», a confirmé le porte-parole Jacques Perron. La veille, une dizaine de plaintes avaient été enregistrées. M. Perron confirme par ailleurs qu'aucune demande n'a été formulée pour le port du burkini dans les autres arrondissements de la ville.
«Mais si ça arrivait, ce serait difficile de dire non étant donné qu'une décision a été prise à La Cité-Limoilou.»