Les trois élus de Québec 21, Patrick Paquet, Jean-François Gosselin et Stevens Melançon

Budget du RSTC: l'opposition quitte le plénier en l'absence du directeur de projet

L’opposition a décidé de ne pas participer à l’étude du budget sur le réseau structurant de transport en commun (RSTC), furieuse de l’absence du directeur du projet, Daniel Genest.

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, a demandé dès le début du comité plénier sur le RSTC, la présence de M. Genest.

Selon M. Gosselin, seul M. Genest peut répondre aux questions. Or, la Ville en a décidé autrement en choisissant d’envoyer le directeur général de la Ville, Luc Monty, face aux élus. 

«Ça ne fait pas sérieux. J’ai croisé un membre du comité du réseau structurant tantôt. Je présume que M. Genest n’est pas très loin. […] On a de nombreuses questions. Je demande à M. [Rémy] Normand de reconsidérer sa décision», a plaidé M. Gosselin. 

Les élus de l’Équipe Labeaume se sont désolés de l’attitude de l’opposition. «M. Monty a toute la compétence», ont-ils soutenu.  

Les trois élus de Québec 21 ont donc mis à exécution leur menace de mardi de ne pas siéger en se levant pour quitter la salle. 

«Une vraie joke»

Quelques minutes plus tard, devant les journalistes, M. Gosselin a défendu le choix de son équipe. «C’est une vraie joke. On a l’information que le comité [du RSTC] se réunit en ce moment, donc ils auraient dû être présents pour répondre à nos questions», a-t-il lancé d’emblée.

Selon M. Gosselin, les pléniers sur le budget permettent aux élus de poser des questions aux fonctionnaires. Les responsables de chaque service se sont présentés sauf le directeur du projet du RSTC. Une incompréhension et une «mascarade» pour le chef de l’opposition. 

Cette décision n’est pas démocratique, ajoute M. Gosselin. «Ça fait des mois qu’on pose des questions, qu’on n’a pas de réponse et qu’on nous dit qu’on va pouvoir poser les poser au budget. […] Là, c’est un exercice de farine. M. Monty n’a pas les réponses à nos questions, c’est impossible», a-t-il déploré. 

«Pas rigoureux»

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a répliqué lors de son point de presse que M. Genest ne pouvait pas être à deux endroits en même temps. De plus le plénier concerne le budget, c’est pourquoi M. Monty était le mieux placé pour répondre aux questions. 

«Le directeur général est responsable du budget. On n’amènera pas Daniel Genest dans une affaire de budget, on va l’amener dans l’[aspect environnemental du tramway]», a défendu M. Labeaume.

Le maire reproche également à l’opposition de ne pas être rigoureuse depuis le début de la présentation du budget, il y a 10 jours. «Tout ce que j’entends c’est l’obsession de tuer le projet. Ils ne s’intéressent plus au fonctionnement de la Ville, aux finances de la Ville», s’est-il offusqué.

Le maire assure que l’opposition va obtenir toutes les réponses à leurs questions. Il leur demande de cesser d’être «enfantins» et d’être «rigoureux». «Je trouve ça un peu paresseux la façon dont ils travaillent honnêtement. Depuis 10 jours, je regarde leur rigueur, il n’y en a pas», a-t-il jugé. 

M. Gosselin pourra se reprendre pour interroger M. Genest la semaine prochaine lors du plénier sur l’aspect environnemental du tramway.