Bruno Lopez-Escalera en 2017, avec sa tuque des Chargers

Bruno Lopez-Escalera 2008-2019: «Repose en paix petit ange»

Il a touché le cœur des vedettes de la NFL et ému les lecteurs du Soleil plus d’une fois. Bruno Lopez-Escalera, 10 ans, a accroché pour toujours sa tuque des Chargers, dimanche. Fils d’immigrants mexicains installés dans Limoilou, il a succombé au cancer, un sarcome à cellules claires.

Depuis 2014, Le Soleil a suivi son histoire. Ses parents, alors étudiants au doctorat, avaient organisé une fiesta-bénéfice pour assurer les traitements de chimiothérapie de Bruno, au CHUL.

Avec la magie des réseaux sociaux et une longue chaîne de messages initiée par sa mère, Sandra, et sa sœur, Rebecca, le garçon a aussi reçu les prières et les pensées des footballeurs Nick Novak et Antonio Gates, des Chargers de Los Angeles. Le quart-arrière vedette Philip Rivers en a remis, avec une vidéo d’encouragement, la fameuse tuque et une photo autographiées. 

Dante Lazcano, le descripteur des matchs des Chargers en espagnol, qui avait transmis la vidéo de Rivers sur Twitter, a d’ailleurs exprimé «sa profonde tristesse» au Soleil en apprenant la nouvelle. 

Bruno a toujours eu un faible pour l’équipe de L.A., en partie à cause du beau logo avec l’éclair. Mais surtout pour contrarier son père, Marco-Antonio Lopez-Castro, un partisan des Raiders d’Oakland, voisins et rivaux.

Pour le moment, le père de famille a exprimé sa douleur sur sa page Facebook en plaçant une image de Batman enlaçant Robin. «Il était mon Robin et il va tellement me manquer.»

Bruno le héros est toujours resté optimiste malgré les rechutes. Il est parti «sans douleur», chez lui, dimanche au petit matin, a confirmé sa mère au téléphone. Il était pourtant stable depuis un traitement expérimental commencé le 11 février, a ajouté son père. 

Après un voyage en famille à Orlando l’automne dernier, rendu possible grâce à des dons, Bruno avait perdu la capacité de marcher.  

«Repose en paix petit ange», peut-on lire sur la page de sociofinancement GoFundMe «Liste de souhaits Bruno», qui affiche près de 26 000 $ amassés depuis octobre.

Ses parents remercient tous les donateurs qui ont permis à leur fils de réaliser quelques rêves et de payer une partie des médicaments «très chers», couverts à 80 % la dernière année. Ce qui n’a pas toujours été le cas. 

À cause de leur statut d’étudiants étrangers, ni l’assurance privée ni celle de la Régie de l’assurance maladie du Québec ne voulaient assumer les frais de traitement et d’hospitalisation à une époque.

À LIRE AUSSI Le petit Bruno Lopez touche la NFL

Du côté de l’école de la Grande-Hermine, que fréquentait Bruno, les élèves ont reçu du soutien, a fait savoir la directrice Sonia Doucet, en offrant ses condoléances à la famille. Il y a eu un déploiement de renfort lundi matin, avec psychologues et animateurs de vie spirituelle et d’engagement communautaire (AVSEC). 

«Toute la communauté est touchée», a indiqué Mme Doucet, précisant qu’une attention particulière a été portée aux élèves de 4e année, le degré de Bruno. «Il y a beaucoup de questions et de réactions. Mais ça se déroule bien.»

La famille Lopez-Escalera recevra les condoléances à la Coopérative funéraire des Deux Rives, sur la 8e Rue, le mercredi 3 avril de 18h à 21h. Un service religieux sera célébré le samedi 6 avril à 11h, à l’église Saint-Fidèle.  Avec Olivier Bossé