À l'aube d'une autre tournée estivale avec Noir Silence, Michelle Lambert ne craint pas de remonter sur les planches sans son «costume de scène» masculin.

Briser le silence autour de Michelle Lambert

Lorsqu'elle a connu la gloire avec Noir Silence dans les années 90, la claviériste Michelle Lambert répondait au prénom de Michel. Une vingtaine d'années plus tard, elle décide de briser le silence sur sa vie de transsexuelle, qu'elle apprivoise entourée de ses enfants, de son ex-conjointe et de sa nouvelle copine.
«Ça fait plusieurs années que St-Georges de Beauce sait que je suis transsexuelle. J'ai toujours eu un fétichisme de bas de nylon que je refoulais et j'essayais d'être le plus conforme possible», partage-t-elle sans détour, au bout du fil.
Ce qui n'était au départ qu'un «travestisme de garde-robe» s'est transformé en transsexualité le jour où elle est tombée sur un site Internet de shemales, ces hommes qui bénéficient d'un traitement hormonal pour développer leurs traits féminins, tout en conservant leur sexe. Le tempérament d'un homme et la beauté d'une femme sauraient, à son avis, mieux la représenter.
Après ce déclic, elle a voulu éviter de se fondre dans le «moule» du système de santé «et devenir une personne qui souffre et qui doit guérir avec des médicaments et des chirurgies. Je suis une personne libre qui le fait par choix».
La rupture avec la mère de ses trois jeunes filles a suivi, sa transsexualité n'aidant pas. «Le fait que j'aimais mettre du linge de fille, que ça faisait une couple d'Halloween que je me déguisais en fille, elle trouvait que je prenais ça intense. Ça l'insécurisait beaucoup», reconnaît Michelle.
Un cheminement
Même si la séparation n'a pas été de tout repos, son ancienne con­jointe a appris à accepter la nouvelle Michelle. Toutes deux se côtoient encore fréquemment.
«Ma vie et la vie de mes enfants auraient été totalement différentes si elle n'avait pas accepté. Les gens vont rarement me confronter avec ça, mais ils vont aller la voir pour demander "Qu'est-ce qui se passe avec Michel?" Si elle ne l'assume pas bien, ça va se propager comme quelque chose de négatif», observe-t-elle.
Quant à ses enfants, elle dit vouloir «les ancrer positivement» plutôt que les confronter face à ce changement majeur. «Dans ma démarche, j'ai décidé de ne pas renier mon côté masculin. Je suis au service de mes enfants, c'est pas mes enfants qui sont à mon service.»
«Je suis un meilleur père quand je m'affirme, quand je suis bien avec moi-même. L'une de mes filles, c'est sa fierté de dire que son père s'habille en femme et qu'il a de nouveaux seins», poursuit la Beauceronne de 37 ans, avec un sourire dans la voix.
Celle qui travaille dans le domaine des communications partage maintenant sa vie avec une nouvelle femme, qui compose avec sa double identité.
«Une transsexuelle est vue aux yeux de tout le monde comme une fille avec un pénis. Mais pour elle, je vais toujours rester un gars avec des seins. Que le reste du monde me voie comme une fille, ça la bouleverse, elle dit "Je veux pas une blonde, je veux un chum". On vit super bien notre relation, mais c'est un cheminement», explique-t-elle.
À l'aube d'une autre tournée estivale avec Noir Silence, Michelle Lambert ne craint pas de remonter sur les planches sans son «costume de scène» masculin, qu'elle avait continué d'endosser depuis le retour du groupe en 2006.
«C'était mon choix. Y en avait un dans le groupe qui vendait des cellulaires. Il vient pas faire le show habillé en vendeur de cellulaires. Il prend le costume du membre du groupe de Noir Silence. À l'époque, j'avais pas de seins. C'était pas justifié que le claviériste soit un travesti. Je voulais pas faire un coup d'éclat avec ça. Aujourd'hui, c'est inévitable.»
Tout comme il était inévitable pour elle de se libérer de ce combat personnel.