Le traversier Peter-Fraser était en cale sèche à l'Isle-aux-Coudres.

Bris du Peter-Fraser: le maire de l'île Verte amer

Le maire de l'île Verte, située dans le fleuve à proximité de Rivière-du-Loup, se réjouit que le traversier Peter-Fraser ait repris du service samedi matin. Mais Léopold Fraser n'en conserve pas moins un souvenir amer du mois pendant lequel les Verdoyants ont été privés de lien fluvial avec le continent.
La Société des traversiers du Québec offrait la traversée de l'île Verte vers le continent en canot pneumatique. Les passagers se retrouvaient assis à travers les marchandises et les vivres essentiels à la vie sur l'île.
Le maire de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, qui est le nom de la municipalité de l'île Verte, est déçu des délais de la Société des traversiers du Québec (STQ) avant de mettre en place des mesures de remplacement. «Le lendemain, un Zodiac pouvait traverser des passagers à pied, rappelle M. Fraser. Ça a été rapide. Mais, pour la barge, ça a pris trois semaines pour transporter des véhicules. Le bateau couvert, puisque le Zodiac ouvert n'était pas très apprécié par tout le monde, il est arrivé mercredi. Il a été en fonction seulement trois jours.»
Selon lui, c'est l'impossibilité de traverser des véhicules entre l'île et la municipalité de L'Isle-Verte, située en face, qui a occasionné les plus lourdes conséquences. Parmi celles-ci, les camions d'essence et à ordures n'ont pu traverser sur l'île pendant plus de trois semaines.
Après la mise en service de la barge tirée par un remorqueur, il a encore fallu quelques jours avant que le camion à ordures puisse faire la traversée, ce qu'a vivement déploré le maire Fraser. «Ceci n'a pu se faire plus tôt pour plusieurs raisons soutenues par la Municipalité de L'Isle-Verte, explique la directrice des communications de la STQ, Maryse Brodeur. L'employé de la voirie rentre seulement le lundi matin sur l'île. Il fallait aviser les résidents de mettre leurs vidanges au chemin. Le site d'enfouissement sur le continent ferme à 16h. Des réparations et une inspection annuelle étaient dues sur le camion. Finalement, tout cela devait se faire tout en maximisant le temps de travail de l'employé de la voirie.»
«À côté de la track
Un commerçant de l'île Verte dénonce, pour sa part, les récriminations de Léopold Fraser. «Le maire est à côté de la track, soutient le propriétaire du Café d'Alphé, Donald Caron. On n'était pas pris à travers les vidanges! Ça fait peur aux touristes! Ils vont prendre l'île pour une poubelle, avec ce que le maire a dit. Tout le monde sur l'île est en furie contre le maire. Moi, j'ai traversé mes vidanges l'autre bord.»
Le maire Fraser a obtenu une rencontre, jeudi, entre les dirigeants de la STQ et le député de la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Jean D'Amour, à son bureau de Québec. L'élu en est ressorti plutôt perplexe. «Ils m'ont reproché d'avoir sali l'image de la STQ parce que j'ai dénoncé des lacunes et revendiqué des choses, relate Léopold Fraser. Pour eux, la STQ est parfaite ou presque!»
Lors de cette rencontre, le maire a surtout martelé l'importance, pour sa population, que la STQ se dote d'un plan de travail en situation d'urgence ou de remplacement dans l'éventualité où il y aurait une nouvelle interruption du service de traversier. De son côté, Maryse Brodeur assure que l'élaboration d'un tel plan est dans les cartons de la STQ.