Braquage à Saint-Nicolas: quatre ans pour le chauffeur

Musa Radjabu, 23 ans, avait un bon boulot, un appartement, une voiture. Il écope d’une peine de quatre ans de pénitencier pour avoir fait le chauffeur de ses amis, auteurs d’un violent braquage.

En mars 2018, Musa Radjabu, sans antécédent judiciaire, accepte d’héberger chez lui Emmanuel Ushindi Kanane et Blaise Kevin Mvelle Belinga.

Les deux jeunes hommes parlent de faire un coup d’argent avec un «hold-up». Le 23 mars, un ami leur fournit une arme à plombs et une arme à air comprimé.

Ils persuadent Radjabu, seul propriétaire d’une voiture, de participer à l’aventure.

Avec cagoule, bandeau et armes, les trois jeunes hommes partent pour Lévis. Nerveux, ils cherchent longtemps un dépanneur. Les commerces sont toujours trop éclairés ou fréquentés à leur goût. «C’était leur première fois», explique à la cour la procureure de la Couronne Me Mélanie Tremblay. 

Ils ne veulent pas rentrer bredouilles et continuent leur ronde.

Arrivés face au stationnement du bar Le Bocage de Saint-Nicolas, les trois compères remarquent un jeune homme de 20 ans assis seul au volant de sa voiture. Le jeune homme expliquera aux policiers qu’à ce moment, il composait une chanson rap en attendant un ami.

Kanane et Belinga sortent du véhicule. Radjabu les attend. Ils vont d’abord demander leur chemin au jeune homme, tout en dissimulant l’arme.

Puis, Kanane pointe l’arme à deux pieds du visage du jeune conducteur. Les braqueurs forcent leur victime à sortir de l’auto et à se coucher au sol. Ils maintiennent le canon de l’arme sur sa nuque.

Sous la menace, le jeune donne son téléphone, sa carte de guichet automatique et son NIP. Kanane et Belinga se sauvent lorsqu’ils voient l’ami de leur victime arriver.

Peine minimale

Cet ami sera en mesure de donner une bonne description des voleurs et de leur véhicule. Ils seront arrêtés 10 minutes plus tard.

Même s’il n’a eu qu’un rôle de soutien, Radjabu a été condamné à la peine minimale de quatre ans pour un vol qualifié commis avec une arme à feu.

Après avoir plaidé coupable, il s’est excusé à la victime et à ses proches ainsi qu’à ses propres parents. «Je ne suis pas un criminel», insiste Musa Radjabu. «Avec ce que j’ai fait, je sais maintenant ce que je dois faire en sortant et avec quel genre d’amis je dois me tenir.»

Kanane et Belinga sont eux toujours accusés du complot et du vol qualifié.