Boum immobilier pour l’écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres de Québec

L’écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres connaîtra un nouveau boum de construction. La Ville de Québec vient de vendre de grands terrains à deux promoteurs qui annoncent au Soleil plus de 250 logements neufs en location sur l’ancien site industriel restauré. En plus, le créateur de la tour Origine ajoutera, en cours arrière, un immeuble d’une soixantaine de portes.

La firme ImDevCo aura le plus d’espace pour faire pousser des habitations. Son achat : trois parcelles contigües de la rue Cardinal-Maurice-Roy, bordées par l’autoroute Laurentienne et la rivière Saint-Charles. Prix : 2,5 millions $ plus taxes.

«C’est 3 lots, mais ça forme un grand terrain», observe Gilles Pelletier, président et directeur du développement. «On va construire quelques immeubles de différents gabarits.»

En bordure de rue, des cubes de 2 ou 4 étages devraient sortir de terre. À l’arrière, ils grimperont jusqu’à 6 étages et entoureront des cours intérieures. «C’est un projet qu’on pense livrer, si tout va bien, pour 2022. […] C’est en haut d’une centaine d’unités dans 2 ou 3 bâtiments.» 

M. Pelletier évoque même la possibilité d’investir près de 40 millions $ pour ériger 180 à 195 appartements.

Les documents municipaux nous permettent d’en apprendre un peu plus sur les contraintes de construction pour ces lots de l’écoquartier. La Ville demande : 50% de logis de plus de 2 chambres, 25% de plus de 3 chambres; un maximum d’un stationnement par porte, dont 80 % sont à l’«intérieur»; une certification environnementale LEED ; une toiture en partie végétalisée ; des bornes pour voitures électriques ; etc.

Gilles Pelletier est certain que ces exigences seront en fait des atouts et qu’il louera ses propriétés facilement, malgré l’autoroute. L’ensoleillement, le parc voisin et la proximité du centre-ville seront vantés à la clientèle.


« On croit beaucoup au secteur ; c’est un secteur stratégique. […] Le développement est rendu là. On pense que le “timing”, c’est maintenant ! »
Gilles Pelletier, président de ImDevCo

«On croit beaucoup au secteur ; c’est un secteur stratégique. […] Le développement est rendu là. On pense que le “timing”, c’est maintenant !»

Il souligne également que le futur réseau structurant de transport en commun aura son pôle d’échange Saint-Roch tout près. «Les gens veulent rester pas loin de ces infrastructures-là.»

Le trambus attire

Le passage éventuel du Réseau structurant juste devant son projet a aussi séduit Patrick Bragoli, président de Terrain Dev Immobilier. Lui a décaissé 900 000 $ plus taxes pour la parcelle de l’intersection de la rue de la Pointe-aux-Lièvres et de la rue Lee. 

«Il va y avoir un arrêt du trambus sur notre terrain, au coin de la rue», fait-il valoir. En plus, son lot est juste devant le parc, est à courte distance de marche et de vélo de la 3e Avenue… «Ce terrain est un des plus beaux de l’écoquartier. On croît au secteur.»

M. Bragoli tient à préciser qu’il est encore en discussion avec la Ville pour l’approbation finale de sa vision. Il espère obtenir l’autorisation d’aménager 70 à 85 appartements — «des condos locatifs» — dans un bâtiment de 6 étages. Un investissement sommairement évalué à 15 millions $. 

Quand débarqueront les ouvriers ? «On veut commencer le plus vite possible.» Dès la fin de l’été ou l’automne, si possible.

Au fait, pourquoi opter pour la location plutôt que la vente de copropriétés et de maisons de ville ? «Il y a une effervescence à Québec pour le marché locatif», répond l’entrepreneur Bragoli, plus connu pour ses maisons unifamiliales et jumelées du secteur Saint-Émile.

Synchro immobilier aussi

L’architecte George Blouin, président de Synchro immobilier, constate également que l’air du temps est à la location. Il répondra donc à ce souhait du marché sur le lot situé à l’arrière de la tour de copropriétés Origine, la plus haute de l’écoquartier. 

«On prévoit débuter la construction ce printemps d’un immeuble locatif», dit-il au Soleil. «Nous, on part la construction en mai, on livre en juin 2021.»

«Ça va être une soixantaine d’unités», ajoute-t-il. «C’est un projet de plus de 12 millions $.»

Soulignons, par ailleurs, que la Ville a rencontré quelques embuches avant de conclure les plus récentes ventes de terrains de l’écoquartier Pointe-aux-Lièvres. Les promoteurs ne se sont pas bousculés quand elle a ouvert les enchères : elle n’avait reçu aucune offre. Des pourparlers subséquents ont finalement mené aux transactions avec ImDevCo et Terrain Dev Immobilier qui ont payé moins que l’escomptait initialement la municipalité.

+

LE NOMBRE DE LOGIS DÉCUPLÉ

La vente de grands lots de l’écoquartier Pointe-aux-Lièvres offrira une impulsion à sa revitalisation. Le nombre de logis y sera décuplé.

Les trois projets immobiliers déjà érigés comptent 205 appartements, maisons de ville et copropriétés. L’arrivée éventuelle des locataires des plus de 300 logements annoncés au Soleil sera donc remarquée.

Aussi, les récentes acquisitions donnent un nouveau souffle à l’écoquartier. Les 5 parcelles de la phase I ont maintenant trouvé preneur, fait remarquer Audrey Perreault, conseillère en communication de la Ville.

Et la phase II est bien entamée. ImDevCo a acheté tous les lots vacants décontaminés. Il reste cependant encore deux propriétés privées industrielles à démolir, nettoyer puis revendre.

«La phase III est composée de trois terrains dont deux ont été acquis par la Ville en 2019. La Ville prévoit réhabiliter les sols de ces deux terrains en 2020 et les vendre par la suite. Le troisième terrain est privé.»

Il y a donc toujours des entreprises actives à la Pointe-aux-Lièvres. Mais la mairie entend récupérer tous les lots. L’été dernier, elle a d’ailleurs lancé le processus d’expropriation contre les propriétaires des bâtiments industriels restants avec qui elle n’a pas réussi à s’entendre; ceux-ci empêchent la complétion de la phase II et la décontamination intégrale de la phase III. Ce qui repousse l’échéancier. Baptiste Ricard-Châtelain

Une passerelle sera construite vers Limoilou
Une image préliminaire du projet de ImDevCo dans la rue Cardinal-Maurice-Roy.