Bonjour-santé dénonce un message «odieux» sur Rendez-vous santé Québec

L’entreprise Bonjour-santé accuse le gouvernement d’avoir tenté de tirer avantage de l’attaque informatique dont elle a été victime.

Bonjour-santé en a contre un message publié dans une infolettre de Plakett destinée aux cliniques médicales. 

«Comme vous le savez sûrement, Bonjour-santé éprouve des difficultés depuis qu’ils ont été victimes d’une attaque informatique hors de leur contrôle. Sachez que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a travaillé d’arrache-pied dans les derniers jours afin de faciliter et d’accélérer l’adhésion à la plateforme gratuite du gouvernement pour la prise de rendez-vous en ligne Rendez-vous santé Québec [RVSQ], que ce soit pour utilisation unique de ce système ou de façon complémentaire à un autre service de prise de rendez-vous en ligne», peut-on lire dans ce message, qui invite les cliniques à s’inscrire à RVSQ. 

Pour le président fondateur de Bonjour-santé, Benoît Brunelle, «tirer avantage d’un acte criminel, c’est odieux». «Ça fait 25 ans que je suis en affaires. Profiter d’un acte criminel [pour s’approprier la clientèle d’une entreprise victime], je n’ai jamais vu ça. Personne n’est à l’abri d’un piratage informatique. La plupart des gens, c’est de la compassion qu’ils ont envers vous quand ça vous arrive. J’ai même un concurrent qui m’a offert son aide», souligne M. Brunelle.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) affirme ne pas être à l’origine du message publié dans l’infolettre de Plakett. «Devant la panne de Bonjour-santé, Plakett a décidé de son propre chef d’informer ses membres qu’il existait une alternative à Bonjour-santé […]. En aucun cas le MSSS n’a fait de la publicité sur le dos de la panne», assure-t-on au cabinet du ministère de la Santé.

Bonjour-santé a été la cible tôt dimanche matin d’une attaque informatique de type ramsonware, qui a paralysé pendant quelques jours la plate-forme de rendez-vous en ligne de l’entreprise. Tous ses services ont finalement été rétablis jeudi matin. 

Plus de 1000 cliniques utilisent Bonjour-santé, contre seulement 69 qui ont adhéré à RVSQ. Il semble que la plate-forme du gouvernement soit peu utilisée parce qu’elle serait incomplète ou qu’elle ne serait pas toujours compatible avec les systèmes utilisés par les cliniques. 

La Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) assure à cet égard que RVSQ est «pleinement fonctionnel». «Depuis son lancement, des améliorations ont été apportées à RVSQ suivant les commentaires reçus de la population et des cliniques», indique une porte-parole, Stéphanie Beaulieu.

Mme Beaulieu souligne qu’une stratégie d’amélioration concertée avec des utilisateurs, le MSSS, la RAMQ et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec a été mise de l’avant. «Plusieurs améliorations ont été priorisées [...] et sont planifiées pour les prochains mois», mentionne-t-elle.

Le MSSS souhaite que RVSQ soit davantage utilisé par les cliniques et par les médecins de famille, ajoute la porte-parole de la RAMQ. «Une stratégie de déploiement accélérée a donc été élaborée par le MSSS en concertation avec la RAMQ pour accompagner et favoriser les cliniques dans leur adhésion par la mise en place d’une équipe de soutien dans chaque région.»