Bilan routier amélioré, mais plus de morts chez les piétons

Après un léger creux de vague, le bilan routier du Québec s'est raplombé en 2016 jusqu'à devenir le deuxième meilleur en 70 ans. Regard sur ce qui s'est passé sur nos routes durant la dernière année. 
DÉCÈS ET BLESSÉS GRAVES EN BAISSE
La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) a compilé 351 décès sur le réseau routier de la province l'an dernier. C'est une diminution de 3 % par rapport à 2015 et de 10,6 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Le nombre de blessés graves s'est établi à 1476, en baisse de 6,1 % sur l'année précédente et de 16,6 % comparativement à la période 2011-2015. 
EFFORTS DE SENSIBILISATION
L'embellie est la bienvenue après une petite remontée du nombre de victimes en 2015. La présidente et chef de la direction de la SAAQ, Nathalie Tremblay, y voit le résultat d'efforts de sensibilisation déployés par la SAAQ et les corps policiers en début d'été «pour rappeler l'importance d'être prudent sur les routes». La démarche, entreprise après avoir constaté une hausse des décès et des blessures graves au début de 2016, a porté fruit à un point tel que juillet, août et septembre, habituellement les mois les plus meurtriers de l'année, ont été les meilleurs depuis 2000 et ont revigoré le bilan annuel. 
LES PIÉTONS PERDANTS
La grande patronne de la SAAQ s'inquiète pour les piétons. Soixante-trois d'entre eux sont décédés sur les routes en 2016, soit une augmentation de 40 % en un an et de 8,6 % par rapport à la moyenne sur cinq ans. Mme Tremblay considère qu'il s'agit là d'un «enjeu prioritaire», un «défi de taille» et surtout «collectif». Les motocyclistes ont aussi perdu un peu de terrain. Les quatre décès supplémentaires notés l'an dernier ont porté le total à 54, mais surtout creusé l'écart avec la période 2011-2015. Les décès sont en hausse de 22,2 % sur ce long terme. La situation des cyclistes s'est améliorée grâce à huit décès de moins. 
CODE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE 
Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a promis mardi qu'il y aurait plusieurs mesures pour poursuivre l'amélioration du bilan routier dans la prochaine version du Code de la sécurité routière, attendue depuis plusieurs années et plusieurs ministres. Après avoir consulté la population ce printemps, le titulaire des Transports entend déposer son projet de loi avant la fin de la session parlementaire en juin ou sinon au retour de la pause estivale en septembre. S'il a refusé de détailler les mesures envisagées, M. Lessard a exposé en substance le principe de prudence, qui oblige le respect entre usagers de la route et une prudence accrue envers les plus vulnérables. Plusieurs lobbys plaident pour que le principe de prudence soit intégré au Code. 
DISTRACTION MORTELLE
Après la vitesse, la distraction est désormais le deuxième facteur d'accident au Québec, suivi de l'alcool au volant. Tant le ministre que la présidente de la SAAQ ont invité les Québécois à ranger leur téléphone mobile quand ils se déplacent. Des opérations policières plus nombreuses et des peines plus sévères sont envisagées pour les faire réfléchir. M. Lessard considère en effet que la sensibilisation a ses limites. Lors des récentes consultations publiques, il a été surpris de constater que l'enjeu du texto au volant a été peu abordé par les citoyens, comme s'ils craignaient de se dénoncer eux-mêmes. 
IMPORTANT SURPLUS 
Au chapitre financier, le régime d'assurance automobile a enregistré un surplus de 795 millions $ en 2016 et son niveau de capitalisation est désormais de 132 % malgré la baisse récente des contributions d'assurances. Nathalie Tremblay a prévenu qu'il serait «prématuré d'anticiper une nouvelle baisse» en raison de l'incertitude sur les marchés financiers. Une proposition sera déposée à l'automne pour les années 2019 à 2021.