Le CHSLD Paul-Triquet compte un nouveau décès, mais aucun nouveau cas de COVID-19.
Le CHSLD Paul-Triquet compte un nouveau décès, mais aucun nouveau cas de COVID-19.

Bilan Québec et Chaudière-Appalaches: 24 nouveaux cas dans la Capitale-Nationale

Les 24 nouveaux cas et les 2 nouveaux décès annoncés par le directeur régional de santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale, le Dr François Desbiens, n’empêchent pas celui-ci de se montrer favorable à un déconfinement «graduel et contrôlé».

L’éclosion se poursuit à l’hôpital Jeffery Hale où 7 nouveaux cas et un nouveau décès sont déclarés aujourd’hui. Le CHSLD Paul-Triquet compte également un nouveau décès, mais aucun nouveau cas de COVID-19. Quant au Manoir Courville où une éclosion était également en cours, la situation est stable depuis quelques jours. «On est sur la bonne voie par rapport au Manoir Courville», confirme Dr François Desbiens.

Au total, ce territoire compte 682 cas de COVID-19 et 37 décès. 381 personnes sont considérées comme étant guéries.

Déconfinement progressif

Malgré les nouveaux cas continuant d’apparaitre, le directeur régional de santé publique du CIUSSS de la Capitale-Nationale croit qu’il s’agit d’un bon moment pour envisager le déconfinement progressif des Québécois.

Le Dr Desbiens pense qu’il serait nuisible de prolonger le confinement tel qu’il est actuellement. Cette mesure exceptionnelle aurait fait bondir les signalements de violences conjugales et de désordres domestiques. À l’inverse, le confinement aurait fait diminuer de manière préoccupante les signalements à la protection de la jeunesse (DPJ). «Les jeunes ne sont plus dans les écoles ou dans les centres de loisirs où des gens peuvent dépister des situations qui seraient problématiques. Il y a des jeunes qui n’ont plus leur petit déjeuner le matin, parce qu’ils déjeunaient à l’école avec des programmes d’aide alimentaire», explique François Desbiens. «On sait tous qu’une récession économique crée des problèmes de santé en quantité plus élevée. Quand l’économie va bien, il y a moins de problèmes de santé», ajoute-t-il concernant l’impact du confinement sur l’économie.

Selon lui, le confinement était une mesure drastique qui a rempli sa mission. «L’objectif n’était pas de faire disparaître le virus, c’était de faire en sorte d’être capable de traiter tout le monde. Nous avons réussi. Nos soins intensifs, nos lits d’hospitalisation, non seulement de la Capitale-Nationale, mais aussi pour plusieurs régions du Québec, n’ont pas été dépassés dans leur capacité de traitement», observe-t-il.

«Tant qu’il n’y aura pas de vaccin dans les épaules de tous les Québécois et de toutes les personnes de la région de la Capitale-Nationale, le virus sera présent et continuera de circuler», prévoit le docteur. Des nouveaux cas continueront donc d’apparaître, sans nécessairement empêcher le déconfinement. L’enjeu est surtout de continuer d’être en mesure de soigner les malades au fur et à mesure qu’ils se présenteront et d’éviter les décès.

Le directeur régional de santé publique du CIUSSS de la Capitale-Nationale reconnaît que l’opération est délicate et qu’il faudra être prudent pour éviter de perdre le contrôle sur la transmission. «Il faut recommencer progressivement en favorisant les activités qui affecteront le moins nos personnes vulnérables», conclut-il.

Bilan Capitale-Nationale du 24 avril

Chaudière-Appalaches

De son côté, le CISSS de Chaudière-Appalaches annonce 6 nouveaux cas de COVID-19 et autant de nouvelles personnes rétablies. À ce jour, cette région compte un total de 355 personnes infectées, tandis que 204 sont considérées comme étant guéries.

Il y a maintenant une semaine qu’aucun décès associé au nouveau coronavirus n’a été déclaré sur ce territoire.

Le Manoir Liverpool, dont la gestion est présentement assumée par le CISSS de Chaudière-Appalaches, continue de vivre une période de stabilité. Depuis le 19 avril, aucun nouveau cas ou décès lié à la COVID-19 n’a été déclaré dans cet établissement.

Bilan Chaudière-Appalaches du 24 avril