Les aéroports Trudeau de Montréal, Pearson de Toronto ainsi que les aéroports internationaux d'Edmonton, Calgary, Vancouver, Winnipeg, Halifax et Ottawa ont tous au moins un garde armé dans leur centre de prédédouanement.

Bientôt des agents armés à l'aéroport

Lorsque son nouveau centre de prédédouanement sera en fonction, l'aéroport de Québec aura un ou des agents armés en permanence dans sa zone de précontrôle. Il s'agit là d'une directive de Transport Canada déjà en force dans les huit aéroports canadiens disposant d'un tel centre.
«Nous allons nous conformer aux normes de sécurité en vigueur au niveau aéroportuaire. Il est certain que l'aspect sécurité sera modifié, que les mesures de sécurité seront augmentées avec un centre de prédédouanement. Nous discutons avec Transport Canada mais, pour l'instant, il est trop tôt pour dire quelles seront ces modifications», a déclaré au Soleil Mathieu Claise, directeur des communications et des relations publiques de l'aéroport de Québec.
Une vérification rapide a toutefois permis de confirmer que les aéroports Trudeau de Montréal, Pearson de Toronto ainsi que les aéroports internationaux d'Edmonton, Calgary, Vancouver, Winnipeg, Halifax et Ottawa avaient tous au moins un garde armé dans leur centre de prédédouanement. Dans plusieurs cas, ce sont des policiers qui sont postés sur place pour faire le travail.
M. Claise a indiqué qu'il s'attendait, pour Québec et pour l'Aéroport Billy Bishop de Toronto, qui aura aussi son centre de prédédouanement, à des normes de sécurité semblables à celles des autres aéroports dotés des mêmes infrastructures. Le porte-parole de l'aéroport ajoute que de telles mesures n'ont rien à voir avec les récents attentats de Fort Lauderdale puisque l'Aéroport international Jean-Lesage applique déjà une politique de vigilance accrue depuis les attentats de Paris, en 2015. 
«Pas avant 2018»
Quant à l'implantation du centre en tant que tel, M. Claise a avoué qu'il ne s'attendait pas à ce qu'elle se réalise avant un an. «Le bill est passé aux États-Unis peu avant les Fêtes et il est maintenant à la Chambre des communes, quand elle reprendra ses travaux. Le protocole d'entente devrait être complété cette année, mais le centre de prédédouanement ne devrait pas être en place avant 2018», a-t-il poursuivi, refusant de s'avancer plus loin sur l'échéancier.