Un aperçu de la «vision» présentée par le pdg du Port de Québec, Mario Girard, en 2015.

Bassin Louise: pas de presse pour le quartier portuaire de 250 millions$

Le port de Québec repousse la construction d’un grand «quartier portuaire» autour du bassin Louise, un chantier de 200 millions $ à 300 millions $ qui devait être amorcé dès 2018.

Les ardeurs et l’empressement ont été modérés. Et le calendrier a été étiré. «L’Administration portuaire de Québec [APQ] souhaite se donner le temps de bien faire les choses et ne s’est pas fixé d’échéancier», déclare aujourd’hui Marie-Andrée Blanchet, conseillère relations publiques et événements.

Voilà qui contraste avec l’annonce de juin 2015, lorsque la «vision» a été diffusée par le pdg Mario Girard. Il prévoyait alors présenter le plan final en 2017-2018 et entamer les travaux durant 2018.

Même s’il n’y a plus d’échéancier, «l’équipe du port travaille toujours ce dossier», assure néanmoins Marie-Andrée Blanchet. La recherche d’investisseurs se prolongerait.

«Depuis le lancement de notre vision de développement du bassin Louise, nous avons poursuivi nos démarches pour faire connaître le projet auprès des éventuels partenaires», indique-t-elle. «Nous travaillons actuellement à identifier le meilleur modèle de développement pour assurer le succès du projet, et ce, tant en termes de développement urbain, de succès économique que d’adhésion de la communauté.»

Peut-être un signe que le port n’est pas pressé, il vient d’accepter la location d’un des stationnements du bassin Louise à la Ville jusqu’en 2026. Mme Blanchet souligne néanmoins que l’entente prévoit une clause d’annulation. Elle se lit ainsi : «Dans l’éventualité où l’Administration allait de l’avant avec son projet à la tête du bassin Louise, l’Administration, sur un avis écrit de 180 jours, résiliera de plein droit le présent bail.»

«Projet signature»

Annoncé en grande pompe il y a quatre ans, le «projet signature» veut métamorphoser le secteur où se trouvent justement de nombreux stationnements et l’ancien marché public de la capitale. Le port dit s’être inspiré de grandes villes, dont Barcelone, Boston, Marseille, Gênes et Hambourg. Parc, plage, musée pour les enfants, immeuble résidentiel de 20 étages, maisons de ville, bureaux, commerces, hôtel, halles, terminal de croisière… les rives du bassin Louise aménagées en 1983 seront redessinées si le nouveau quartier sort finalement de terre.

Mme Blanchet note que les grandes lignes du plan exhibé en 2015 tiennent toujours : «Les fondements de notre vision de développement du secteur du bassin Louise demeurent les mêmes.» 

La Ville dans le coup

Le jour du dévoilement public, le schéma d’aménagement n’était pas présenté comme définitif, mais il était très avancé. La Chambre de commerce et d’industrie, entre autres, était déjà dans le coup; c’est elle qui devait identifier et séduire les investisseurs.

La Ville de Québec avait aussi été consultée durant plus de trois ans et avait obtenu quelques ajustements. Aussi, le maire Régis Labeaume célébrait : «C’est pas mal beau. Moi, je trouve ça magnifique.»

Malgré les années qui s’écoulent, l’Administration portuaire échange encore avec la Ville dans ce dossier, affirme la conseillère en communication, Audrey Perreault. Elle convient cependant que la municipalité à un pouvoir limité sur ces terrains appartenant à Ottawa : «Généralement, une propriété publique fédérale n’est pas assujettie aux règlements d’urbanisme.»

Marie-Andrée Blanchet, du port, tient toutefois à réitérer que la population et les autorités seront consultées une autre fois avant que les travaux débutent. «Nous reviendrons devant la communauté avant d’aller de l’avant avec le projet