L'auteur Michael Wolff

Bannon ciblait bien le fils de Trump, réfute Michael Wolff

WASHINGTON – L'auteur d'un nouveau livre qui remet en question la capacité de Donald Trump à être président des États-Unis réfute les explications de Steve Bannon concernant des propos qui ont suscité la colère de son ancien patron.

L'ancien stratège en chef de M. Trump affirme dans Fire and Fury: Inside the Trump White House qu'une rencontre entre Donald Trump fils, des membres importants de la campagne Trump et une avocate russe était «traître» et «antipatriotique».

Cette déclaration a ulcéré le président, qui a déclaré la semaine dernière que M. Bannon avait «perdu la raison».

M. Bannon a tenté de corriger le tir dimanche en affirmant que ses propos visaient non pas M. Trump fils, mais plutôt l'ancien directeur de la campagne Trump, Paul Manafort.

Invité par le réseau MSNBC, l'auteur Michael Wolff a assuré que les propos de M. Bannon ciblaient «directement Don fils», et non M. Manafort.

Le livre de M. Wolff présente le 45e président des États-Unis comme un homme qui ne comprend rien à l'importance de son poste et dont la compétence est remise en question par son entourage.

La garde rapprochée du président s'est rapidement portée à sa défense. Lors d'une apparition musclée sur les ondes de CNN dimanche, le conseiller principal Stephen Miller a déclaré que le livre de M. Wolff n'est «qu'un ramassis d'ordures d'un bout à l'autre».

Le directeur de la CIA, Mike Pompeo, a quant à lui lancé sur les ondes de Fox News que M. Trump est «entièrement apte» à diriger le pays. Il a ajouté que son patron est attaqué par ceux qui sont incapables d'accepter le fait que M. Trump est maintenant président.

L'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Nikki Haley, a dit sur les ondes du réseau ABC qu'elle visite la Maison-Blanche chaque semaine et que «personne ne remet en question la stabilité du président».

Le ton a rapidement monté entre M. Miller et l'animateur Jake Tapper sur les ondes de CNN. M. Miller a attaqué la couverture du réseau, pendant que M. Tapper reprochait à son invité de s'adresser exclusivement à son patron. L'animateur a abruptement mis fin à l'entretien en déclarant qu'il avait «suffisamment fait perdre de temps à ses auditeurs».

Peu après, M. Trump a lancé sur Twitter que M. Miller avait «complètement anéanti» Jake Tapper, qu'il a traité d'individu «haineux et injuste».