L’éclosion à la résidence privée Lady Maria fait un bond de 12 cas en une seule journée, et 22 de ses 120 résidents ont maintenant reçu un test positif au coronavirus.
L’éclosion à la résidence privée Lady Maria fait un bond de 12 cas en une seule journée, et 22 de ses 120 résidents ont maintenant reçu un test positif au coronavirus.

Autre record d’incidence de COVID-19 en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine

Gilles Gagné
Gilles Gagné
Collaboration spéciale
MARIA – La Direction de la santé publique rapporte 21 nouveaux cas d’infection à la COVID-19 mardi, un nouveau record d’incidence quotidienne depuis le début de la pandémie. Comme c’est le cas depuis le 20 septembre, la MRC d’Avignon accapare la grande majorité des cas, avec 20 des 21 infections, le dernier allant au bilan des Îles-de-la-Madeleine.

Les éclosions de la MRC d’Avignon sont soutenues au point de placer le réseau local de santé de la Baie-des-Chaleurs, qui comprend aussi la MRC de Bonaventure, en tête du Québec pour le taux déterminé par le nombre de cas actifs, 304,57, par tranche équivalente de 100 000 habitants.

L’éclosion à la résidence privée Lady Maria fait un bond de 12 cas en une seule journée, et 22 de ses 120 résidents ont maintenant reçu un test positif au coronavirus. Moins de cinq membres du personnel ont reçu un test positif. Une trêve caractérise les résultats quotidiens à la Résidence Saint-Joseph, un CHSLD public aussi situé à Maria. Le nombre de cas y est resté à 33, dont 20 résidents et 13 employés.

Neuf personnes de la Gaspésie et des Îles sont considérées guéries au bilan de mardi, pour un nombre total de 232 guérisons depuis le début de la pandémie. Onze personnes sont décédées depuis mars, dont deux jeudi. Sur les 116 cas actifs dans la région, 98 sont basés dans la MRC d’Avignon, soit 84,5 %. Personne n’a été hospitalisé en Gaspésie et aux Îles depuis cinq jours en raison de la COVID-19, et le nombre total de cas depuis mars est de 359.

La progression des derniers jours correspond au parcours décrit la semaine dernière par le directeur de la santé publique de la région, le docteur Yv Bonnier-Viger, qui signalait qu’il faudrait 14 jours avant que les éclosions se résorbent, si tout le monde prend les précautions nécessaires. C’est aussi ce qui lui faisait dire que «des situations sont sur le point d’être contrôlées».