Le président de la plus grande centrale syndicale du Québec, Daniel Boyer.
Le président de la plus grande centrale syndicale du Québec, Daniel Boyer.

Augmentation plus élevée pour les préposés: la FTQ l’avait demandée en décembre

La Presse Canadienne
MONTRÉAL - La FTQ a bel et bien demandé à Québec, en décembre dernier, des hausses de salaire plus élevées pour les préposés aux bénéficiaires que pour les autres employés de l’État.

Vendredi dernier, en évoquant la crise qui sévit dans les CHSLD à cause du coronavirus et de la pénurie de préposés, le premier ministre François Legault a affirmé qu’il aurait dû hausser le salaire des préposés aux bénéficiaires plus tôt, «même sans l’accord des syndicats».

Or, c’est précisément ce que la FTQ avait revendiqué, le 11 décembre, lors du dépôt de ses demandes salariales à Québec: des augmentations de salaire plus élevées pour les plus bas salariés - dont font partie les préposés aux bénéficiaires. La Presse canadienne en avait alors fait état.

Et cette demande de la FTQ n’a pas eu d’écho depuis, a indiqué en entrevue le président de la plus grande centrale syndicale du Québec, Daniel Boyer.

Une prime déjà en 2015

Qui plus est, une prime spéciale pour ceux qui travaillent dans l’hébergement et les soins de longue durée avait été incluse dans les conventions collectives 2015-2020 parce que déjà, en 2015, on accusait une pénurie de ces travailleurs.

La lettre d’entente prévoyant cette prime arrivait à échéance le 30 mars. Elle a finalement été renouvelée in extremis pour six mois en pleine crise du coronavirus.

Mais M. Boyer affirme que ses négociateurs ont «perdu beaucoup de temps» pour négocier cette prime avec le Conseil du trésor. La reconduction de cette prime n’a donc pas été automatique ni facile, fait-il valoir.

Cette prime est de 180 $ par bloc de 750 heures de travail.

Décret demandé dans le privé

Qui plus est, en novembre dernier, la FTQ avait aussi demandé à Québec d’adopter un décret pour rehausser la rémunération des préposés, cette fois dans les résidences privées pour aînés et les CHSLD non conventionnés.

Là encore, La Presse canadienne avait fait état de cette demande pour obtenir un décret de convention collective de la part de Québec.

Ce genre de décret est propre au secteur privé; il couvre tant les syndiqués que les non-syndiqués. Il en existe 15 au Québec, dans des secteurs comme les agences de sécurité ou l’entretien d’édifices publics.

Les salaires dans ce type de résidences privées y sont souvent de 13 à 14 $ l’heure.

Lorsqu’interrogé à ce sujet le 9 janvier, le ministre du Travail, Jean Boulet, avait répondu qu’il ne pouvait imposer un décret aux deux parties et que la demande d’obtenir ce genre de décret devait aussi venir des employeurs privés.