Le président de la Fondation Cowboys Fringants, Jérôme Dupras, a insisté vendredi sur l’importance de «planter les bons arbres aux bons endroits».

Au moins 350 000$ pour favoriser la plantation d’arbres à Québec

La Ville de Québec investira 100 000 $ par année pendant trois ans pour la mise en place d’un guichet unique de plantation d’arbres pour les citoyens, les entreprises et les institutions. La Fondation Cowboys Fringants, avec son initiative Demain la forêt, s’engage aussi à investir un minimum de 50 000 $ dans des projets privés en plus d’offrir un accompagnement scientifique.

Le président de la Fondation et bassiste des Cowboys Fringants, Jérôme Dupras, a insisté vendredi sur l’importance de «planter les bons arbres aux bons endroits». Il participait à une conférence de presse à l’hôtel de ville de Québec pour le lancement du nouveau programme Demain la forêt, dont les grandes lignes ont déjà été présentées dans Le Soleil.

Le musicien, qui est aussi professeur au Département des sciences naturelles de l’Université du Québec en Outaouais, veut mettre les scientifiques à contribution pour verdir la ville. Ceux-ci feront des recommandations sur les espèces à planter et s’assureront de créer des groupes d’arbres viables. À Québec, par exemple, il est question de relier les corridors naturels en tout respect de la trame verte. 

Créer un buzz

Le guichet unique municipal, qui sera ouvert à temps pour l’été, permettra aux citoyens d’obtenir de l’information sur les arbres et l’appui des services municipaux. «Nous on s’occupe de nos propriétés, des arbres qu’on doit remplacer. On s’occupe de les multiplier. Mais sur les terrains privés, on n’a pas juridiction et donc là ça prend encore plus de motivation. D’où l’importance de la notoriété qu’apporte ce projet-là, les Cowboys, David Suzuki, le Jour de la Terre. Ça va créer un buzz plus important pour inciter les gens à planter des arbres», a commenté le maire de Québec, Régis Labeaume. 

La Ville maintient ses propres objectifs, énoncés dans la Vision de l’arbre 2015-2025, soit 2000 arbres plantés annuellement en vue d’augmenter la canopée de 32 à 35 %. «Ç’a l’air de rien, mais c’est énorme. C’est une augmentation de 10 % de la canopée», a insisté le maire Labeaume. Les 100 000 $ à décaisser étaient déjà budgétés. 

Les partenaires artistiques de Demain la forêt fixent à 50 000 $ «minimum» leur contribution à Québec pour réaliser des projets de plantation dans les ruelles, les parcs industriels, les stationnements… Bref là où les citoyens et les groupes communautaires le demanderont. Il y a aussi tout un volet d’éducation populaire sur l’importance des arbres pour la santé de la planète et des humains. Si la campagne de financement permet d’amasser plus d’argent, «ça sera juste des arbres supplémentaires qui seront plantés», a résumé M. Dupras. 

Demain la forêt est un programme national. Des volets en milieu rural et agricole sont à venir.