Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les plus belles poules de Marilyne Godin avaient disparu, dimanche. 
Les plus belles poules de Marilyne Godin avaient disparu, dimanche. 

Attention au voleur de poules!

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Si vous avez un poulailler à la maison, il faudrait jeter un coup d’œil supplémentaire. 

Après une vague de vols de chiens, voilà que des malfaiteurs s’en prennent aux poules.

Les chiens avaient la cote pendant le confinement. Les adoptions ont grimpé en flèche depuis un an. Dans les régions plus rurales, plusieurs personnes se sont aussi tournées vers l’adoption de poules.

Même que l’aménagement de poulaillers en milieu urbain est de plus en plus populaire. Plusieurs municipalités et villes mettent à jour les règlements en vigueur concernant l’activité.

Marilyne Godin habite Sainte-Christine-d’Auvergne, une municipalité de la MRC de Portneuf. Elle a aménagé un grand poulailler dans sa cour arrière, elle s’occupe d’une dizaine de poules pondeuses.

Dimanche, ses plus belles poules, les plus jeunes, avaient disparu.

«Elles sont lousses sur le terrain, et la nuit elles rentrent dans le poulailler. Je le ferme avec un crochet. Quand je suis allée les sortir dimanche, la porte était grande ouverte», se désole Marilyne Godin.

Le malfaiteur semble avoir choisi les poules qu’il voulait. Les poules plus vieilles, un peu déplumées, étaient encore à la maison.

«C’est toujours bien fermé avec un crochet. C’est sûr qu’elles ne se sont pas sauvées. Et ce n’est pas un coyote ou un renard, sinon j’aurais trouvé des plumes par terre», explique Marilyne Godin.

«Je ne comprends absolument rien. J’ai fait le tour de mes voisins, ils savent que j’aime mes poules. C’est l’engouement, tout le monde veut des poules et c’est la période où c’est plus dur de s’en procurer», signale-t-elle.

Un message qui voyage

Marilyne a décidé de publier un message sur ses réseaux sociaux lundi, pour que les gens de Sainte-Christine-d’Auvergne gardent l’œil ouvert. «Si jamais vous avez un voisin qui a de nouvelles poules de différentes variétés... s’il vous plaît, me contacter.»

Elle a rapidement remarqué qu’elle n’était pas la seule victime de vol de poules dans le secteur. D’autres personnes lui ont partagé la disparition de leurs fidèles amies.

«Je passe mon temps à les entretenir, à nettoyer le poulailler, m’assurer de la bonne température du poulailler et de leur procurer de la nourriture. C’est comme si je me fais voler mon chien. La personne qui a fait ça n’est pas consciente du mal qu’elle peut faire.»

Ce n’est pas une question d’argent pour Marilyne Godin, même si certaines poules de race qu’elle possédait sont dispendieuses. C’est une question de principe.

«Il y en a qui vont dire que c’est juste des poules… Mais quand j’ai vu le nombre de partages sous ma publication, je me rends compte que ça touche d’autres personnes. Le voleur va peut-être voir ça et se sentir tout croche.»

La publication Facebook a obtenu plus de 1900 partages, au moment d'écrire ces lignes.

Pas de police impliquée 

Marilyne Godin n’a pas l’intention de porter plainte à la police.

«Je trouve ça immoral d’entrer chez quelqu’un pour voler ses animaux de compagnie. Considérant que c’est la folie pour les poules, je ne suis pas tant surprise finalement. Il fallait peut-être s’y attendre», termine Marilyne Godin.

Elle espère que sa publication pourra sensibiliser les autres propriétaires de poules à la prudence. Surtout, elle espère que les malfaiteurs perdront l’envie de voler des animaux.