Ce coup d’éclat d'Extinction Rebellion symbolise le sang des victimes des changements climatiques.

Après le pont à Montréal, Extinction Rebellion s'attaque à la fontaine de Tourny à Québec [VIDÉO]

L’eau de la fontaine de Tourny a tourné au rouge. Vendredi matin, les militants d’Extinction Rebellion n’ont pas grimpé sur le pont de Québec, mais ils ont changé un peu le décor devant l’Assemblée nationale.

Vers 9h, le colorant alimentaire couleur du sang s’est mélangé à l’eau de la fontaine. Ce coup d’éclat symbolisait le sang des victimes des changements climatiques.

«On sent que le message n’est pas entendu. Les gouvernements ont reconnu l’existence de l’urgence climatique, mais n’agissent toujours pas. On veut garantir un avenir sain à nos enfants! On sent le besoin de monter la pression d’une coche pour se faire entendre. On reste toujours non violent, mais les moyens de pression, il y en a des centaines. On s’appuie sur la désobéissance civile pour faire passer le message», exprime Geneviève Dorval, porte-parole pour l’événement de vendredi matin. 

Ils étaient prêts à choquer, ils croyaient même que cette désobéissance civile leur aurait valu la visite des policiers de Québec, ils avaient le numéro de leur avocat écrit sur le bras. Même que tous les membres du groupe Extinction Rebellion ont suivi une formation sur ce qu’il faut faire lors de désobéissance civile, en cas d’arrestation, ils savent quel comportement adopter.

«On est en train de faire des vérifications quant à la légalité de ce qui s’est passé. Ça pourrait être considéré comme un acte de vandalisme, mais il n’y a eu aucune arrestation jusqu’à maintenant», a d’abord indiqué le porte-parole du Service de police de Québec (SPVQ), David Poitras. 

La police a finalement arrêté une femme de 32 ans pour méfait en avant-midi. Elle a été libérée après avoir rencontré les enquêteurs. L’enquête se poursuit, a affirmé le SPVQ dans un communiqué.

Ne pas déranger les citoyens

Ce sont les touristes qui en ont le plus profité. Ils s’émerveillaient devant la nouvelle couleur de l’eau.

Le groupe a entrepris plusieurs actions de la sorte à Québec cette semaine, et partout dans le monde, dans le cadre de la «semaine internationale de la rébellion».

Rappelons que le groupe de Montréal a fait les manchettes mardi en perturbant la circulation à deux reprises dans la métropole. Les militants avaient entre autres grimpé sur le pont Jacques-Cartier. Les policiers ont fait plusieurs arrestations.

Depuis cet événement, la surveillance policière s’est accrue à l’entrée des ponts à Québec. Si le groupe militant avait voulu s’y aventurer, la chose aurait été plus difficile.

«Notre but n’est pas de déranger les gens. On veut cibler le pouvoir, mais des fois ça peut impliquer de bloquer le trafic. Ce n’est pas dans les plans, mais on ne l’exclut pas», ajoute M  Dorval.

La porte-parole n’a pas précisé si d’autres actions plus dérangeantes se préparaient à Québec.

Petit dérangement pour la Ville

«Les employés affectés au nettoyage de la fontaine ont dû reporter les tâches qui leur étaient assignées initialement vendredi. Il y a donc eu un délai dans la réalisation des travaux publics sur le territoire de la ville», informe Wendy Witthom, conseillère en communication pour la Ville de Québec.

Afin de remettre la fontaine en état, les employés ont vidé, nettoyé, rempli et testé la qualité de l’eau. L’opération aura duré environ deux heures 30 minutes. En début d’après-midi, la couleur rouge de l’eau avait donc déjà disparu. 

Samedi, certains manifestants se dirigeront vers des intersections de Québec pour faire entendre leur message, mais promettent que la circulation automobile ne sera pas perturbée. Les participants sont invités à porter du noir. La «semaine internationale de la rébellion» se termine dimanche.