Le texte d'Andrew Potter dans la revue Maclean's a provoqué bien des remous et des discussions au Québec dans les derniers jours.

Andrew Potter quitte son poste à McGill dans la foulée de son texte

L'auteur de la lettre d'opinion très controversée parue lundi dans MacLean's sur la gestion de la tempête du 14 mars, Andrew Potter, a remis sa démission en tant que directeur de l'Institut d'études canadiennes de l'Université McGill.
«Cela a été un emploi de rêve, mais j'en suis venu à la conclusion que mon départ est ce qui servira le mieux la crédibilité de l'Institut», a fait savoir M. Potter sur sa page Facebook.
Lundi dernier, sur le site de MacLean's, l'universitaire et ex-patron du Ottawa Citizen avait publié un texte dans lequel il mettait le cafouillage de l'autoroute 13 - où 300 personnes ont dû abandonner leur voiture ou passer toute la nuit dedans, à cause de la tempête du 14 mars - sur le compte d'un «malaise social» fort au Québec, où une méfiance généralisée et «pathologique» régnerait.
Le texte de Maclean's intitulé «Comment une tempête de neige a exposé le vrai problème du Québec» soutient que l'individualisme de la société québécoise explique que 300 personnes aient été paralysées sur l'autoroute montréalaise sans secours pendant de longues heures.
«Je regrette profondément bien des aspects de cette chronique, a écrit M. Potter sur Facebook : son usage inconsidéré des anecdotes, son ton, et l'impression d'une critique sévère de toute la province qui s'en dégageait. Ce n'était pas mon intention, cela n'est pas ce que je pense du Québec et le fait que la situation a évolué de cette façon me brise le coeur.»