Selon la sénatrice Nancy Greene Raine, limiter la publicité destinée aux enfants demeure la mesure la plus simple à adopter pour s'attaquer au taux d'obésité.

Alimentation: une loi pour restreindre la pub destinée aux enfants

OTTAWA - Une loi conçue pour restreindre la publicité de nourriture et de boissons destinées aux enfants devrait traverser les étapes législatives en 2018, alors que le gouvernement libéral veut s'attaquer au taux d'obésité.

Le projet de loi S-228 a été mis de l'avant par l'ex-olympienne et sénatrice Nancy Greene Raine, qui croit que le resserrement des règles va aider à améliorer la situation même s'il n'existe pas de formule magique pour régler le problème.

Selon elle, limiter la publicité destinée aux enfants demeure la mesure la plus simple à adopter.

Mme Greene Raine souligne que l'industrie alimentaire dépense des centaines de millions de dollars à promouvoir la malbouffe aux enfants et qu'elle continue de le faire parce que ça fonctionne.

Le projet de loi déposé par la sénatrice a atteint l'étape de la deuxième lecture à la Chambre des communes, où il est parrainé par le député libéral Doug Eyolfson. La loi n'entrerait toutefois en vigueur que deux ans après avoir reçu la sanction royale.

Doug Eyolfson, un médecin de Winnipeg, dit être «assez confiant» que le projet devienne loi en 2018, soulignant qu'elle empêcherait de vanter les aliments à teneur élevée en gras, sel et sucre aux enfants.

«On sait que la publicité fonctionne sur tous les groupes d'âges et lorsque vous adoptez des comportements alimentaires dans l'enfance, vous les conserverez pratiquement toute votre vie», a commenté le député qui défend le projet de loi.

M. Eyolfson ajoute qu'il est urgent d'agir, car il s'agit d'un problème de santé publique qui doit être corrigé.

L'industrie alimentaire s'est objectée à plusieurs aspects du projet de loi, dont le fait qu'elle empêcherait de s'adresser à toute personne de moins de 17 ans.

Une objection à laquelle la ministre de la Santé Ginette Petitpas Taylor a répondu en indiquant que le projet sera amendé pour fixer l'âge à 13 ans. Un seuil calqué sur les articles 248 et 249 de la Loi québécoise sur la protection du consommateur.

La ministre a déclaré avoir pris cette décision dans le but d'éviter les recours judiciaires puisque la jurisprudence en la matière existe au Québec.

Le gouvernement veut aussi s'assurer que les commandites sportives seront exclues de la loi, comme le programme de hockey «Timbits» commandité par la chaîne de café Tim Hortons.