André Verreault

Aînés au Concorde: les commerçants de la Grande Allée rappelés à l'ordre

Le directeur général d'Action promotion Grande Allée, André Verreault, demande à certains commerçants qu'il représente de bien vouloir relever le niveau de leurs arguments dans le dossier très médiatisé de la vente du Concorde à l'homme d'affaires Eddy Savoie.
Ce dernier a l'intention de transformer le mythique hôtel en résidence pour personnes âgées. Cette nouvelle avait soulevé l'ire de certains gens d'affaires de la Grande Allée, dont le copropriétaire du Maurice, Philippe Desrosiers, qui avait qualifié l'idée de «carrément ridicule».
«On a vraiment eu l'air d'une gang d'antivieux la semaine passée!» a affirmé M. Verreault, mardi soir, lors d'un entretien téléphonique. Celui-ci se trouve présentement à l'extérieur du pays, en vacances.
«Écoutez, si l'hôtel est vraiment transformé en résidence pour personnes âgées, ça représentera des centaines de nouveaux clients pour les commerçants de la Grande Allée. Pour notre part, il est clair que nous privilégions une occupation commerciale et hôtelière pour le Concorde. Mais pour le moment, nous sommes devant une transaction impliquant deux parties privées, alors, on est qui pour dire que la transaction ne devrait pas se faire?»
M. Verreault se range aussi du côté des arguments de certains intervenants qui soulignent que si le Concorde devait être totalement inoccupé, ce serait une très mauvaise nouvelle pour la Grande Allée.
Position commune
Plus tôt cette semaine, le conseil d'administration d'Action promotion Grande Allée s'est réuni pour dégager une position commune dans le dossier du Concorde. Le président du conseil, Denis Martin, a indiqué au Soleil mardi que lui et ses collègues ont dégagé une opinion fort semblable à celle émise mardi par le maire de Québec, Régis Labeaume.
«Nous croyons à la bonne vision et au leadership du maire dans ce dossier, a expliqué le cofranchisé du restaurant Saint-Hubert. Nous estimons toujours que le Concorde devrait avoir une vocation hôtelière, alors c'est bien clair que nous allons laisser le temps au maire Labeaume de travailler afin de trouver une solution.»
À court terme, l'association de gens d'affaires ne compte pas demander formellement à la Ville de bloquer la modification de l'usage au règlement de zonage nécessaire afin de permettre la conversion du Concorde en résidence pour aînés.