Les sympathisants des groupes adhérant au Front commun des personnes assistées sociales du Québec ont été expulsés rapidement de la tribune des visiteurs, puis reconduits hors de l'Assemblée nationale, mardi.

Aide sociale: la grogne se rend dans les murs du Parlement

La grogne contre le projet de loi menaçant de couper de moitié le chèque des assistés sociaux aptes au travail mais qui ne recherchent pas activement un emploi a trouvé un écho bien sonore au Parlement.
Une quinzaine de personnes ont interrompu les travaux en Chambre. Ils ont scandé leurs protestations contre la législation que défend le ministre du Travail Sam Hamad. Quelques-uns ont lancé sur le parquet des avions en papier pour signifier que le projet de loi «fait un atterrissage forcé à l'Assemblée nationale».
Les sympathisants des groupes adhérant au Front commun des personnes assistées sociales du Québec ont été expulsés rapidement de la tribune des visiteurs, puis reconduits hors de l'Assemblée nationale.
Le projet de loi vise à ce qu'un nouveau demandeur d'aide sociale participe obligatoirement au programme Objectif emploi, faute de quoi la prestation de base de 616 $ par mois sera réduite à 308 $. Le ministre Hamad y voit un moyen de «briser le cercle vicieux» de la pauvreté, surtout chez les jeunes prestataires qui s'enfoncent dans cette aide de dernier recours s'ils en bénéficient trop longtemps.
Marie-Hélène Fortier, la porte-parole des manifestants, a dénoncé les intentions du gouvernement qui ne peuvent qu'avoir des «conséquences néfastes» sur les plus pauvres de la société. Dans un communiqué de presse, elle s'est dite «sceptique sur la volonté [du ministre] de réellement aider les gens», avançant que depuis des années, des coupes se sont abattues sur les programmes d'employabilité et de réinsertion sociale.
Chaque année, 17 000 personnes font une demande d'aide sociale. La région de Québec compte 7718 assistés aptes au travail. Le nombre total gravite autour de 125 000 pour l'ensemble de la province. Le débat sur le projet de loi aura lieu à la prochaine session.